• Accueil
  • Brèves
  • [Parution] 50 grands mythes de la psychologie populaire

[Parution] 50 grands mythes de la psychologie populaire

Alors que la psychologie a envahi les médias, la psychologie scientifique reste terriblement mal connue du grand public. Qui plus est, de nombreuses idées fausses circulent sur quantité de phénomènes psychologiques. Certains « psys », pas toujours très rigoureux en matière scientifique, en sont même souvent à l’origine ou les relais.

Dans un ouvrage salutaire (en anglais), les psychologues Scott Lilienfeld, Steven Lynn, John Ruscio et Barry Beyerstein ont entrepris d’analyser en détail cinquante de ces mythes. Pour chacun d’entre eux, ils s’intéressent tout d’abord à la popularité de l’idée préconçue dans le grand public, mais aussi chez les professionnels de la santé mentale, psychologues et psychiatres. Ils montrent ensuite de quelle manière la recherche scientifique les nuance ou les infirme. Plusieurs mythes concernent directement la psychologie des témoignages, la mémoire et les criminels :

Mythe n° 11 : la mémoire humaine fonctionne comme un enregistreur ou une caméra vidéo, stockant avec précision les évènements vécus ;

Mythe n° 12 : l’hypnose est une méthode utile pour retrouver les souvenirs d’évènements oubliés ;

Mythe n° 13 : les individus refoulent les souvenirs d’expériences traumatisantes ;

Mythe n° 24 : le polygraphe (« détecteur de mensonges ») est un moyen efficace pour détecter la malhonnêteté ;

Mythe n° 44 : le profilage est une méthode utile pour résoudre les affaires criminelles ;

Mythe n° 45 : une large portion de criminels utilise avec succès l’argument d’irresponsabilité pour cause de maladie mentale ;

Mythe n° 46 : Les personnes qui avouent sont virtuellement toutes coupables.

Référence :

Lilienfeld, S. O., Lynn, S. J., Ruscio, J., & Beyerstein, B. L. (2010). 50 Great Myths of Popular Psychology : Shattering Widespread Misconceptions about Human Behavior. Chichester : Wiley-Blackwell. Sur le web

À lire également sur PsychoTémoins :

Mythe n° 1. Le regard fuyant est un indice fiable du mensonge

Mythe n° 2. Les victimes sont crédibles quand elles s’expriment avec émotion