[Parution] Condamner des innocents

Sous la direction de Brian Cutler, de l’Institut de technologie de l’Université de l’Ontario, au Canada, l’American Psychology Association publie un ouvrage collectif dans lequel les différents contributeurs font le point sur les recherches concernant les facteurs pouvant conduire à la condamnation d’une personne innocente.

L’ouvrage propose quinze chapitres répartis dans sept parties. La première partie concerne les personnes les plus à risque de subir des erreurs de justice et d’être condamnées alors qu’elles sont innocentes. La seconde partie porte sur les enquêteurs, tout particulièrement leur aptitude à détecter le mensonge et sur les méthodes d’interrogatoire, notamment celles pouvant conduire aux faux aveux. La troisième partie est réservée aux témoignages oculaires et à leur fiabilité. La quatrième partie est consacrée au rôle de l’informateur, à l’influence de l’alibi de l’accusé et au rôle de l’expert en science légale. La cinquième partie traite de la question du racisme et de la vision en tunnel (tendance à ne considérer que les éléments en faveur de la culpabilité d’un suspect). La sixième partie évalue la vie d’une personne après une erreur de justice. La septième partie conclut l’ouvrage.

Les chapitres suivent tous un plan identique : après avoir resitué le problème en question, le ou les auteurs en rappellent les fondements psychologiques et scientifiques, puis examinent les méthodes scientifiques utilisées pour l’étudier, avant de faire le point sur les résultats empiriques.

Référence :

Cutler, B. L. (Ed.) (2012). Conviction of the Innocent : Lessons from Psychological Research. Washington, DC : American Psychological Association. Sur le web