• Accueil
  • Actualités
  • Améliorer la qualité des portraits-robots avec l’entretien cognitif holistique [Mise à jour]

Améliorer la qualité des portraits-robots avec l’entretien cognitif holistique [Mise à jour]

21 septembre 2012 par Frank Arnould

Les témoins oculaires créeraient des portraits-robots de meilleure qualité quand ils sont encouragés à penser au visage du malfaiteur de manière globale.

PNG - 94.8 ko

Plusieurs expériences publiées au cours de ces dernières années suggèrent que les portraits-robots seraient très souvent de mauvaise qualité. En effet, les participants à ces études éprouvent fréquemment des difficultés à reconnaître et à nommer des personnes familières représentées dans les portraits-robots (voir Davies & Valentine, 2007 ; Wells & Hasel, 2007).

Cette piètre performance de la technique pourrait s’expliquer, en partie, par la différence qui existe entre la façon dont nous analysons habituellement les visages et le mode de traitement utilisé pendant la construction d’un portrait-robot. En effet, nous percevons et reconnaissons généralement les visages en les traitant de manière globale (mode de traitement dit aussi configural ou holistique). Par contre, construire un portrait-robot exige un traitement plus analytique, consistant à sélectionner des traits faciaux (un nez, une bouche, des sourcils...) afin de reconstruire progressivement le visage.

Partant de ces considérations, le psychologue britannique Charlies D. Frowd et ses collègues ont eu l’idée de développer une nouvelle méthode d’entretien encourageant le témoin à réfléchir de manière globale au visage du malfaiteur avant de construire son portrait-robot. Il est ainsi invité à lui attribuer des traits de personnalité, une méthode reconnue pour provoquer un traitement holistique des visages. Comparés à ceux obtenus après un entretien cognitif, les portraits-robots réalisés après un entretien holistique sont effectivement de meilleure qualité (Frowd, McQuiston-Surrett, Kirkland, & Hancock, 2005 ; Frowd et coll., 2007).

Charlie Frowd et ses collaborateurs pensent néanmoins qu’associer l’entretien cognitif à l’entretien holistique pourrait être une stratégie encore plus efficace que l’entretien holistique seul (Frowd, Bruce, Smith, & Hancock, 2008). L’entretien cognitif initial permettrait d’obtenir une description détaillée du visage, servant à initialiser la construction du portrait-robot. L’entretien holistique ferait ensuite basculer le témoin vers un mode de traitement global lui assurant de prendre de meilleures décisions (p. 277).

Une nouvelle série d’expériences semble donner raison à l’équipe de chercheurs. Les participants visionnent l’un des douze extraits d’un feuilleton télévisé très populaire au Royaume-Uni. Cependant, ces « témoins » affirment ne pas être des téléspectateurs inconditionnels de la série, si bien que l’acteur présent dans la scène ne leur est pas familier. Leur tâche consiste ensuite à construire un portrait-robot du comédien à l’aide d’un opérateur expérimenté dans l’utilisation du logiciel PRO-fit.

Les psychologues constatent que les fans de la série reconnaissent plus fréquemment le comédien avec justesse quand les témoins ont construit son portrait-robot après un entretien cognitif holistique (41.2 %) plutôt qu’après un entretien cognitif seul (8,6 %).

Avec le logiciel PRO-fit, les témoins oculaires assemblent des traits faciaux pour reconstruire étape par étape le visage du malfaiteur. Contrairement à ce principe, de nouveaux systèmes permettent de réaliser le portrait-robot d’une personne en faisant appel au traitement configural des visages. Pour cela, les témoins visualisent des visages complets, puis sélectionnent ceux qui ressemblent le plus à celui de la personne. Ces visages sont ensuite croisés entre eux pour engendrer une nouvelle série de visages. La procédure est répétée jusqu’à ce les témoins jugent qu’un visage est le plus ressemblant avec celui de la personne en question. Le fonctionnement de ces systèmes repose donc sur des principes évolutionnistes. Pour cette raison, ils sont qualifiés parfois de « darwiniens ».

A l’Université du Lancashire central, Charlie Frowd et ses collègues ont justement développé un tel système, le logiciel EVO-fit, dont l’efficacité est testée depuis plusieurs années. Dans l’une des études publiées récemment par cette équipe de recherche (Frowd et al., 2012), les résultats montrent que l’entretien cognitif holistique améliore également la qualité des portraits-robots produits avec EVO-fit, et ce, par rapport à l’entretien cognitif, à un entretien holistique seul ou à un entretien portant uniquement sur l’apparence physique des cheveux. Cette expérience confirme que la méthode d’entretien la plus efficace pour améliorer la qualité des portraits-robots est celle qui combine la description faciale (entretien cognitif) à des questions holistiques.

Une version française de l’entretien cognitif holistique

Jacques Py [1] et Samuel Demarchi, de l’Université Paris 8, ont introduit récemment une version modifiée de l’entretien cognitif spécialement développée pour améliorer la description des personnes (Py & Demarchi, 2006). Celle-ci intègre notamment une nouvelle consigne de traitement holistique.

La procédure débute par la présentation au témoin de trois aides mnémotechniques. Les deux premières sont issues de la version originale de l’entretien cognitif : le rappel exhaustif [2] (le témoin est invité à rapporter le plus grand nombre d’informations possible, même les éléments dont il est peu sûr ou qu’il juge peu importants), et la remise en contexte (le témoin est encouragé à repenser aux éléments environnementaux et émotionnels présents au moment du crime). Les auteurs ajoutent une consigne de traitement holistique incitant le témoin « à se remémorer la personne de façon globale et à évoquer l’impression et les sentiments qu’il a ressentis en la voyant, à qui ou à quoi elle lui a fait penser, quelle était l’expression de son visage, etc. » (p. 201). Le premier rappel faisant suite à ces consignes est suivi par la description de profil de la personne. Le témoin doit enfin répondre à différentes questions portant sur des caractéristiques physiques rapportées généralement avec grande précision.

Une première expérience montre que l’entretien cognitif adapté à la description des personnes (ou ECADP) permet d’améliorer la qualité et la quantité des descriptions de personnes par rapport à un entretien standard de police (ESP). Ces descriptions sont également bien plus précises dans le premier cas (90 %) que dans le second (63 %). Cependant, certaines phases de la nouvelle procédure semblent être plus intéressantes. C’est le cas pour la combinaison des consignes de rappel exhaustif, de remise en contexte et de traitement holistique, et pour la phase de questions. La description de la personne de profil ne semble pas être une stratégie efficace. Une seconde expérience permet de constater que les personnes cibles sont détectées plus facilement à partir de leur description obtenue au moyen de l’ECADP (34 %) qu’avec l’ESP (23 %).

Références :

Davies, G. M., & Valentine, T. (2007). Facial composites : Forensic utility and psychological research. In R. C. L. Lindsay, D. F. Ross, J. D. Read & M. P. Toglia (Eds.), Handbook of Eyewitness Psychology (Vol. 2. Memory for People, pp. 59-86). Mahwha : Lawrence Erlbaum Associates.

Frowd, C., McQuiston-Surrett, D., Kirkland, I., & Hancock, P. J. B. (2005). The process of facial composite production. In A. Czerederecka, T. Jaskiewicz-Obydzinska, R. Roesch & J. Wojcikiewicz (Eds.), Forensic Psychology and the Law (pp. 140-152). Krakow : Institute of Forensic Publishers.

Frowd, C. D., Bruce, V., Ness, H., Bowie, L., Paterson, J., Thomson-Bogner, C., et coll. (2007). Parallel approaches to composite production : Interfaces that behave contrary to expectation. Ergonomics, 50(4), 562 - 585.

Frowd, C. D., Bruce, V., Smith, A. J., & Hancock, K. J. (2008). Improving the quality of facial composites using a holistic cognitive interview. Journal of Experimental Psychology : Applied, 14(3), 276-287.

D. Frowd, C., Nelson, L., Skelton, F., Noyce, R., Atkins, R., Heard, P., Morgan, D., et coll. (2012). Interviewing techniques for darwinian facial-composite systems. Applied Cognitive Psychology, 26(4), 576–584. doi:10.1002/acp.2829

Py, J., & Demarchi, S. (2006). Utiliser l’entretien cognitif pour décrire et détecter les criminels. Revue Québécoise de Psychologie, 27(3), 197-215.

Wells, G. L., & Hasel, L. E. (2007). Facial composite production by eyewitness. Current Directions in Psychological Science, 16(1), 6-12.

Mots clés :

Portrait-robot - Description verbale - Mémoire - Entretien cognitif - Entretien holistique - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Portraits-robots

Crédit photo :

snapshot sarah
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Aujourd’hui Professeur à l’Université de Toulouse 2 - Le Mirail.

[2] Les auteurs utilisent le terme hypermnésie pour nommer cette aide. Cependant, cette expression ayant d’autres significations en psychologie, nous préférons celle de rappel exhaustif qui nous semble moins ambiguë.