Amnésie infantile et faux souvenirs d’enfance

2 mai 2008 par Frank Arnould

L’amnésie infantile occulte les expériences vécues pendant les toutes premières années de notre existence. Elle accroît aussi notre vulnérabilité aux faux souvenirs d’événements hypothétiques couvrant cette même période de la vie.

PNG - 77 ko
Vous souvenez-vous de la promenade en montgolfière effectuée quand vous aviez deux ans ?

Pendant l’épidémie de souvenirs retrouvés d’agressions sexuelles qui s’est propagée aux États-Unis dans les années 1990, des adultes se sont remémorés au cours d’une psychothérapie d’avoir été sexuellement molestés pendant leur enfance. Pour certains d’entre eux, les sévices auraient été subis au cours des toutes premières années de leur existence, période de la vie généralement occultée par l’amnésie infantile. Celle-ci nous empêche habituellement de nous souvenir des expériences vécues avant l’âge de trois ou quatre ans.

Elizabeth Loftus et Katherine Ketcham décrivent ainsi le cas de Sarah qui, au moyen d’une technique de visualisation, se souvint d’avoir été agressée par son grand-père à l’âge de deux ans. Megan, quant à elle, découvrit au cours d’une psychothérapie, avoir été violée continuellement par son père depuis l’âge de dix-huit mois, et jusqu’à ce qu’elle quitte le domicile familial pour entreprendre ses études supérieures (Loftus & Ketcham, 1997).

Les souvenirs retrouvés précoces sont-ils réels ou suggérés ? Les psychologues Deryn Strange, Kimberley Wade et Harlene Hayne publient dans la revue Memory, les résultats d’une expérience apportant un élément de réponse à cette question importante. Elles réussissent à convaincre une partie des jeunes adultes de l’étude qu’ils avaient effectué un tour en montgolfière pendant leur enfance. Pourtant, après confirmation parentale, cet évènement ne s’est jamais produit ! Ces participants finissent néanmoins par développer des images fausses et des souvenirs erronés de la promenade dans les airs.

Les trois chercheurs font une découverte encore plus marquante. Ces erreurs de mémoire sont plus fréquentes si l’on indique aux personnes que l’évènement faux s’est déroulé à l’âge de deux ans, âge normalement couvert par l’amnésie infantile, plutôt qu’à dix ans.

Autrement dit, les personnes seraient encore plus enclines à former des faux souvenirs concernant une période de leur vie pour laquelle ils possèdent le moins de souvenirs authentiques ! Les psychologues ont pourtant utilisé une forme de suggestion plutôt légère. Il a suffi de demander aux participants d’essayer de se souvenir du faux évènement au cours de trois entretiens successifs, répartis sur une durée de cinq jours.

Références :

Loftus, E. F., & Ketcham, K. (1997). Le syndrome des faux souvenirs. Paris : Exergue.

Strange, D., Wade, K., & Hayne, H. (2008). Creating false memories for events that occured before versus after the offset of childhood amnesia. Memory, 16(5), 475-484.

Mots clés :

Faux souvenirs d’enfance - Faux souvenirs induits - Suggestibilité - Amnésie infantile - Adultes

A lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Influence sociale et faux souvenirs précoces de l’enfance

Crédit photo :

aoife mac
Certains droits réservés (Licence Creative commons)