Caféine et faux souvenirs

15 septembre 2009 par Frank Arnould

Caféine et faux souvenirs entretiennent des relations complexes.

PNG - 90.8 ko

Les effets de la caféine sur la mémoire ne sont pas simples. Selon les circonstances et certaines caractéristiques des personnes, ce psychostimulant améliore, détériore ou n’a pas d’effet particulier sur les performances mnésiques. Deux études récentes indiquent que les relations entre caféine et formation de faux souvenirs seraient également complexes.

Les participants à ces expériences accomplissent une tâche de Deese-Roediger-McDermott (Deese, 1959, Roediger & McDermott, 1995). Ils doivent mémoriser plusieurs listes de mots, les mots de chaque liste (par exemple : lit, repos, bâillement, sieste….) étant sémantiquement associés à un mot critique (sommeil) qui n’est pas présenté pendant l’étude. Habituellement, quand la mémoire des listes est ensuite testée, les sujets rappellent ou reconnaissent par erreur les mots critiques en raison des liens qu’ils partagent avec les mots étudiés. De quelle façon la caféine influence-t-elle la mémoire dans ce type d’épreuve ?

Avec ses collègues, Suzanne Dieckelman, de l’Université de Lübeck en Allemagne, observe que la privation de sommeil favorise la formation de ces faux souvenirs associatifs, mais que la consommation de 200 milligrammes de caféine avant le test abolit cette augmentation. Par contre, Sarah Capek et Kim Guenther, de l’Université Hamline aux États-Unis, constatent que les personnes ayant ingéré 200 milligrammes de caféine avant l’étude des listes rappellent ensuite plus fréquemment les mots critiques que celles ayant consommé un placebo !

Les circonstances particulières de ces études pourraient expliquer de tels résultats contradictoires : privation ou non de sommeil, reconnaissance versus rappel des mots, présentation auditive versus visuelle des listes, test différé versus test immédiat de la mémoire, consommation de caféine avant l’étude des listes ou avant le test.

Références :

Capek, S., & Guenther, R. K. (2009). Caffeine’s effects on true and false memory. Psychological Reports, 104(3), 787-795.

Deese, J. (1959). On the prediction of occurence of particular verbal intrusions in immediate recall. Journal of Experimental Psychology, 58(1), 17-22.

Diekelmann, S., Landolt, H., Lahl, O., Born, J., & Wagner, U. (2008). Sleep loss produces false memories. PLoS ONE, 3(10), e3512.

Roediger, H.L., & McDermott, K.B. (1995). Creating false memories : Remembering words not presented in the lists. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 21(4), 803-814.

Mots clés :

Faux souvenirs – Paradigme DRM – Caféine – Mémoire – Cognition - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Faux souvenirs. suggestibilité et souvenirs retrouvés

Fiche historique n° 1. La recherche contemporaine sur les faux souvenirs [Mise à jour]

Crédit photo :

eyeore2710
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)