• Accueil
  • Actualités
  • Cécité au changement et méprise sur l’identité d’un suspect [Mise à jour]

Cécité au changement et méprise sur l’identité d’un suspect [Mise à jour]

7 juillet 2010 par Frank Arnould

Nous sommes parfois incapables de déceler les modifications apparaissant dans notre environnement visuel. Cette cécité au changement serait la source de certaines erreurs commises par des témoins oculaires pendant un tapissage de police.

PNG - 75.8 ko

La vision, comme la mémoire, n’est pas toujours très fiable. Il nous arrive, notamment, de ne pas détecter certaines modifications, même significatives, dans notre univers visuel.

En 1998, les psychologues américains Daniel Simon et Daniel Levin ont découvert un exemple surprenant de cette cécité au changement. Un expérimentateur aborde un passant pour lui demander son chemin. Leur échange est interrompu par deux ouvriers déplaçant une porte. Ces derniers passent entre les interlocuteurs et le premier expérimentateur est remplacé par un second qui se cachait derrière la porte. Seulement 50 % des piétons abordés ont détecté la substitution de personne. Pourtant, la voix, la taille et les vêtements du deuxième expérimentateur étaient bien différents de ceux du premier !

D’autres études ont montré que la cécité au changement au cours d’échanges sociaux peut être encore plus spectaculaire. En effet, jusqu’à 75 % des participants d’une expérience n’ont pas été en mesure de déceler qu’ils avaient interagi avec un nouvel interlocuteur substitué au premier (Levin et al., 2002).

La psychologue Deborah Davis, de l’Université du Nevada aux États-Unis, et ses collaborateurs, ont été frappés par la ressemblance entre le phénomène de cécité au changement et certaines situations de témoignage oculaire pouvant aboutir à l’identification d’un suspect innocent.

Un témoin peut en effet remplacer l’identité du malfaiteur par celle d’une autre personne qu’il a rencontrée sur le lieu du crime ou dans un contexte différent. Cette méprise peut le conduire à désigner cet individu innocent dans une parade d’identification. C’est le phénomène de transfert inconscient. Deborah Davis et ses collègues ont publié une série de trois expériences dont les résultats ont montré un lien possible entre cécité au changement et ce type d’erreur d’identification (Davis, Loftus, Vanous, & Cucciare, 2008).

Les participants ont visionné une scène filmée dont l’action se déroulait dans un supermarché. Une jeune femme se déplaçait dans le rayon des boissons alcoolisées, puis disparaissait derrière une pile de boites d’où en sortait une autre jeune femme que l’on voyait alors dérober une bouteille de vin. Cette mise en scène avait pour objectif de créer une sorte d’illusion de continuité entre les actions des deux protagonistes de la scène. La caméra changeait ensuite d’angle de vue, filmant alors une troisième jeune femme faisant ses courses dans le rayon des fruits et légumes.

De 59,6 % à 67,6 %, des témoins n’ont pas noté la substitution de personne. Ils en étaient d’autant moins capables que leur attention était occupée à mémoriser les produits présents dans les rayons.

Faisant face à une parade d’identification d’un suspect, les témoins oculaires de ces expériences ont été très nombreux à commettre des erreurs. De 71 à 75 % d’entre eux ont désigné une personne innocente comme étant l’auteur du vol ! Quand la substitution de personnage n’a pas été remarquée, c’est la cliente innocente du rayon des boissons alcoolisées qui a été désignée préférentiellement dans les tapissages de police. La cliente innocente du rayon fruits et légumes a été choisie plus fréquemment quand le changement a été noté.

Au cours d’une nouvelle expérience, l’équipe de chercheurs dirigée par Kally Nelson a confirmé l’existence d’un lien entre cécité au changement et transfert inconscient (Nelson, Laney, Bowman Fowler, Knowles, Davis, & Loftus, 2011). Les participants ont été répartis en deux groupes. Ceux du premier (condition sans changement) ont visionné un film montrant une jeune femme (Actrice A) volant de l’argent. Ceux du deuxième groupe ont vu la même scène de vol mais l’Actrice A était, à un moment de l’enregistrement, remplacée par l’Actrice B, une jeune femme innocente ressemblant à l’Actrice A et portant des vêtements similaires (condition changement). Quelques minutes plus tard, tous les participants faisaient face à une parade d’identification photographique dans laquelle les deux actrices étaient présentes parmi les figurants.

Seulement 4,5 % des sujets de la condition changement ont noté la substitution de personne ! Cette situation expérimentale a eu pour conséquence de faire croître le taux d’identification de la personne innocente (Actrice B) et de réduire celui de la personne coupable (Actrice A). Toutes deux ont été en fait identifiées à des niveaux similaires (respectivement, 35% et 36 %, contre 9 % et 64 % dans la condition sans changement).

En outre, les sujets de la condition changement ont indiqué avoir vu seulement deux personnes dans le film, alors que trois personnages étaient présents : la victime du vol, l’actrice A et l’actrice B. Manifestement, ils ont considéré que ces deux dernières protagonistes ne constituaient qu’une seule et même personne. La cécité au changement a donc été la source d’un transfert inconscient d’identité entre ces deux individus et, ainsi, des erreurs d’identification de l’Actrice B.

Les données d’études indépendantes convergent donc pour désigner le phénomène de cécité au changement comme l’une des sources possibles d’erreurs d’identification de suspects. Or, nous sommes tous persuadés que nous ne pouvons pas être trompés de la sorte par notre système visuel. Nous pensons, au contraire, être capables de détecter le moindre changement visuel. Nous sommes en quelque sorte aveugles à la cécité au changement (Levin et al., 2000) ! Le phénomène ne relevant pas de notre psychologie intuitive, peut-être faudrait-il informer policiers, juges et jurés de son existence.

Un peu de théorie

Il existe trois approches théoriques du transfert inconscient. Elles diffèrent en particulier sur le caractère inconscient ou non du processus (Ross et al., 1994) :

Théorie du traitement automatique. Le témoin forme un souvenir de la personne innocente de façon inconsciente, automatique et implicite. Il la désignera dans une parade d’identification parce qu’elle évoque un sentiment de familiarité, sans souvenir conscient de l’avoir vu antérieurement.

Erreur d’attribution de la source au moment de la récupération. Le témoin se souvient bien avoir vu à la fois la personne innocente et le malfaiteur. Il est pleinement conscient qu’il s’agit de deux personnes différentes, mais il confond ses souvenirs au moment de l’identification.

Inférence consciente pendant l’encodage. Le témoin infère par erreur au moment du crime que l’agresseur et la personne innocente sont le même individu, par exemple, parce que ces deux personnes se ressemblent. La confusion est perceptive. Persuadé qu’il s’agit de la même personne, il ne fera aucun effort face à la parade d’identification pour distinguer son souvenir de l’agresseur de celui de l’individu innocent.

Publié le 19 février 2008
Mise à jour le 7 juillet 2010

Références :

Davis, D., Loftus, E.F., Vanous, S., & Cucciare, M. (2008). ‘Unconscious transference’ can be an instance of ‘change blindness’. Applied Cognitive Psychology, 25(5), 605-623.

Levin, D.R., Nausheen, M., Drivdahl, S.B., & Simons, D.J. (2000). Change blindness blindness : The metacognitive error of overestimating change-detection ability. Visual cognition, 7, 397-412.

Levin, D.R., Simons, D.J., Angelone, B.L., & Chabris, C.F. (2002). Memory for centrally attended changing objects in an incidental real-world change detection paradigm. British Journal of Psychology, 93, 289-302.

Nelson, K.J., Laney, C., Bowman Fowler, N., Knowles, E.D., Davis, D., & Loftus, E.F. (2011). Change blindness can cause mistaken eyewitness identification. Legal and Criminological Psychology, 16(1), 62-74

Ross, D.F., Ceci, S.J., Dunning, D., & Toglia, M.P. (1994). Unconscious transference and mistaken identity : When a witness misidentifies a familiar but innocent person. Journal of Applied Psychology, 79, 918-930.

Simons, D.J., & Levin, D.T. (1998). Failure to detect changes to people during a real-world interaction. Psychonomic Bulletin & Review, 5, 644-649.

Mots-clés :

Témoignage oculaire - Mémoire - Transfert inconscient - Erreur d’identification - Cécité au changement - Vision - Cognition - Perception - Adultes

Site Web :

Visual cognition Lab - University of Illinois. Présentation du laboratoire. Nombreuses démonstrations du phénomène de cécité au changement.

Crédit photo :

Helgabj
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)