Comment mieux reconnaître les personnes d’autres ethnies ?

2 août 2011 par Frank Arnould

… En individualisant leurs visages.

PNG - 69.4 ko

Nous sommes généralement des experts de la reconnaissance des visages. Cependant, certains visages nous posent régulièrement des problèmes d’identification. C’est le cas des visages de personnes qui nous sont ethniquement différentes. Non seulement ces visages sont moins souvent reconnus, mais ils sont aussi plus fréquemment l’objet d’erreurs de reconnaissance (Meissner & Brigham, 2001).

Récemment, le psychologue Kurt Hugenberg, du département de psychologie de l’Université de Miami, aux États-Unis, a présenté, avec ses collègues, un modèle de ce biais de mémoire en faveur des visages de notre groupe ethnique. Ce modèle présente l’avantage de prédire dans quelles circonstances cette tendance est susceptible d’être présente, et dans quelles autres elle est susceptible d’être réduite ou éliminée (Hugenberg, Young, Bernstein, & Sacco, 2010).

La théorie stipule ainsi que les visages provenant de notre groupe social d’appartenance (par exemple, notre groupe ethnique) sont mieux reconnus, car nous aurions tendance à les individualiser ; ceux issus d’un groupe social différent du nôtre sont moins bien reconnus, car notre attention se porterait surtout sur les caractéristiques communes de ces visages (par exemple, la couleur de la peau).

Le modèle prédit donc que les visages ethniquement différents du nôtre pourraient être mieux identifiés si nous sommes amenés à les individualiser. C’est ce que vient de démontrer l’équipe de psychologues dirigée par Lanya Zhang, du département de psychologie de l’Université Sun Yat-sen à Huangzhou, en Chine (Zhang, Zhou, Pu, & Hayward, 2011).

Dans une étude préliminaire, les chercheurs ont d’abord conçu leur matériel expérimental devant permettre d’individualiser des visages, en leur associant des traits de personnalité. Pour cela, ils ont demandé à des étudiants chinois d’attribuer des traits de personnalité à des visages chinois et à des visages d’origine européenne. Les visages ont ensuite été associés avec le trait qui leur a été le plus fréquemment attribué (visages cohérents), avec un trait qui ne leur a jamais été associé (visages incohérents), ou avec une information neutre (condition contrôle).

Durant l’expérience proprement dite, d’autres étudiants chinois ont été invités à mémoriser les visages chinois et d’origine européenne, accompagnés soit d’un trait cohérent, soit d’un trait incohérent, soit d’une information neutre. Quand ils ont été conviés à reconnaître ces visages parmi des visages nouveaux, les chercheurs ont constaté que le biais en faveur des visages de l’ethnie d’appartenance était éliminé quand les participants avaient pu individualiser les visages de l’autre ethnie, mais seulement après avoir lu des informations incohérentes.

L’individualisation des visages a donc aidé les participants à mieux se souvenir des visages provenant d’un groupe ethnique différent du leur. Cependant, seules les descriptions incohérentes semblent avoir déclenché un traitement suffisamment approfondi des visages pour les individualiser et pour observer un bénéfice sur la mémoire.

Références :

Hugenberg, K., Young, S. G., Bernstein, M. J., & Sacco, D. F. (2010). The categorization-individuation model : An integrative account of the other-race recognition deficit. Psychological Review, 117(4), 1168-1187.

Meissner, C. A., & Brigham, J. C. (2001). Thirty years of investigating the own-race bias in memory for faces : A meta-analytic review. Psychology, Public Policy, and Law, 7(1), 3-35.

Zhang, L., Zhou, G., Pu, X., & Hayward, W. G. (2011). Inconsistent individual personality description eliminates the other-race effect. Psychonomic Bulletin & Review, 18(5), 870-876.

Mots clés :

Reconnaissance des visages – Effet transethnique – Mémoire – Catégorisation – Individualisation – Témoignage oculaire – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Fiche théorique n° 1. Reconnaissance interethnique des visages : le modèle catégorisation-individuation

Crédit photo :

nathangibbs
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)