• Accueil
  • Actualités
  • Comment sélectionner les membres d’une parade d’identification ?

Comment sélectionner les membres d’une parade d’identification ?

16 mai 2008 par Frank Arnould

Les psychologues Elizabeth Luus et Gary Wells préconisent la sélection des membres d’une parade d’identification à partir de la description verbale du coupable faite par un témoin, plutôt qu’en fonction de leur ressemblance avec le suspect appréhendé. Des chercheurs britanniques testent la pertinence de cette recommandation.

PNG - 64 ko
Un tapissage manifestement biaisé !

Si vous n’avez pas assisté personnellement à un crime, certains reportages télévisés ou votre série policière préférée vous ont certainement familiarisé avec la technique du tapissage. Habituellement, le témoin, placé derrière une glace sans tain, doit décider si le coupable est présent ou non parmi les individus lui faisant face. La construction d’une parade d’identification impartiale, n’orientant pas le témoin à choisir un individu particulier, est une tâche difficile. En particulier, un grand soin doit être apporté au choix des « distracteurs », personnes présentées au côté du suspect et dont l’innocence est connue. Classiquement, leur sélection est fonction de leur ressemblance physique avec le suspect appréhendé. Cette technique fait l’objet de nombreuses critiques. Par exemple, déterminer le niveau de similitude le plus efficace entre l’apparence du suspect et celle des distracteurs n’est pas chose aisée. Si la ressemblance est trop élevée, le témoin aura des difficultés à distinguer le coupable présent des autres personnes. Si elle est trop faible, le suspect se détachera de la parade, pouvant conduire le témoin à identifier une personne innocente.

Luus et Wells (1991) préconisent l’utilisation d’une solution alternative. La sélection des distracteurs devrait se faire à partir de la description verbale du coupable communiquée par le témoin. Cette procédure présenterait plusieurs avantages. Par exemple, les membres de la parade se ressemblent tous sur les points rapportés par le témoin. Ils se distinguent sur les autres aspects. La parade est donc moins homogène et génère différents indices permettant de distinguer les personnes entre elles.

Des études peu nombreuses ont testé l’efficacité de la stratégie de sélection des distracteurs fondée sur la description par rapport à celle fondée sur la ressemblance. Les résultats sont mitigés. Les psychologues Stephen Darling, Tim Valentine et Amina Memon publient les données d’une nouvelle recherche, dans laquelle ils comparent l’impact de ces deux techniques sur l’identification d’un voleur à l’aide du système VIPER (voir Encadré). Les sujets de l’expérience s’installent dans une salle dans laquelle ils sont censés participer à une étude portant sur la santé et l’humeur. Alors qu’ils remplissent différents questionnaires, l’expérimentateur quitte la pièce et un voleur, rôle joué par un acteur, tente de dérober un ordinateur portable. Informés du but réel de l’expérience, les « témoins » sont alors invités à décrire l’apparence physique du malfaiteur. Quelques jours plus tard, ils participent individuellement à un tapissage vidéo de type VIPER. Comparativement à la stratégie de sélection basée sur la ressemblance, la procédure fondée sur la description n’améliore pas significativement la performance des témoins dans les parades d’identification, aussi bien celles présentant le coupable que celles constituées uniquement de personnes innocentes. Les auteurs de cette étude concluent qu’il est prématuré de recommander l’utilisation de la stratégie de sélection des distracteurs fondée sur la description pour construire une parade d’identification.

Le système VIPER pour l’identification des suspects au Royaume-Uni

La police du West Yorkshire a développé le système VIPER (Video Identification Procedure Electronic Recording) pour la construction et la présentation des parades d’identification. Le témoin visionne des clips vidéo de 15 secondes de chaque membre du tapissage, présentés séquentiellement, l’un après l’autre (contrairement à la procédure classique, dans laquelle les membres de la parade sont présentés simultanément). Chaque clip commence par une prise de vue du visage et des épaules de la personne faisant face à la caméra. Puis, celle-ci tourne lentement la tête pour présenter son profil droit et ensuite son profil gauche. Enfin, la personne fait de nouveau face à la caméra [1]. VIPER contient également une base de données de 12 000 clips, parmi lesquels sont choisis les distracteurs.

Références :

Darling, S., Valentine, T., & Memon, A. (2008). Selection of lineup foils in operational contexts. Applied Cognitive Psychology, 22(2), 159-169.

Luus, C.A.E, & Wells, G.L. (1991). Eyewitness identification and the selection of distracters for lineups. Law and Human Behavior, 15(1), 43-57.

Mots clés :

Témoignage oculaire, Parade d’identification, Tapissage vidéo, Mémoire, Sélection des distracteurs, Description verbale du suspect, Ressemblance avec le suspect, Adultes

A lire également sur PsychoTémoins :

Construire la parade d’identification d’un suspect : comment choisir les figurants ? [Version révisée]

Crédit photo :

lamont cranston
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Darling et al. (2008) ont comparé la présentation dynamique versus statique des visages sur la performance de l’identification. Aucune différence n’est constatée.