De faux souvenirs sans suggestion

13 mai 2011 par Frank Arnould

En dehors de toute forme de suggestion, les personnes peuvent combler les parties manquantes d’un évènement par de faux souvenirs.

PNG - 63 ko
Des informations manquantes ? Soyez prudents : ne les remplacer pas par de faux souvenirs !

Dans une étude publiée en 2006, l’équipe dirigée par Matthew Gerrie, de l’Université Victoria à Wellington, en Nouvelle-Zélande, a proposé à un groupe de sujets volontaires de visionner un film dans lequel une jeune femme accomplissait une action de la vie quotidienne, film dont certains segments avaient été supprimés (Gerrie, Belcher, & Garry, 2006). Ultérieurement, les participants ont parfois reconnu les clips coupés, considérant à tort les avoir réellement vus dans le film. En quelque sorte, ces personnes ont comblé les parties manquantes de la vidéo par de faux souvenirs ! Ces illusions mnésiques, produites en dehors de toute forme de suggestion, ont principalement émergé pour les actions manquantes non cruciales de l’évènement.

Dans une autre étude (Gerrie & Garry, 2007), les chercheurs ont observé que les personnes disposant d’une mémoire de travail de plus grande capacité ont produit un moins grand nombre de fausses reconnaissances d’actions manquantes cruciales, mais pas d’actions manquantes non cruciales. La mémoire de travail permet le traitement et le stockage temporaires des informations. Sa capacité, c’est-à-dire le nombre maximal d’informations qu’elle peut contenir, est appelée empan. Elle intervient notamment dans le contrôle de l’attention et dans celui de la source des souvenirs (voir Gaonac’h & Larigauderie, [2000] pour une revue en français des recherches sur la mémoire de travail).

Une nouvelle série d’expériences (Gerrie & Garry, 2011) a montré qu’avertir les personnes sur le danger de cette forme d’erreurs mnésiques a permis de réduire la production de faux souvenirs d’actions manquantes non cruciales, surtout quand l’avertissement a été proposé avant le visionnage de la vidéo plutôt qu’après. Concernant les actions manquantes cruciales, les deux modes d’avertissement ont réduit tout autant les illusions mnésiques. Ces résultats suggèrent, selon les auteurs, que les caractéristiques d’un évènement (importance relative de chaque segment de la vidéo) influenceraient la manière dont les personnes vérifieraient la source de leurs souvenirs.

Références :

Gaonac’h, D., & Larigauderie, P. (2000). Mémoire de travail et fonctionnement cognitif. Paris : Armand Colin.

Gerrie, M. P., Belcher, L. E., & Garry, M. (2006). ‘Mind the gap’ : false memories for missing aspects of an event. Applied Cognitive Psychology, 20(5), 689-696.

Gerrie, M. P., & Garry, M. (2007). Individual differences in working memory capacity affect false memories for missing aspects of events. Memory, 15(5), 561-571.

Gerrie, M. P., & Garry, M. (2011). Warnings reduce false memories for missing aspects of events. Experimental Psychology, 58(3), 207-216.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Mémoire – Faux souvenirs – Cognition – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Crédit photo :

Allessandro Pinna
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)