De faux souvenirs sur le terrain militaire

23 août 2013 par Frank Arnould

Une minorité substantielle de militaires déployés en Afghanistan s’est souvenue d’une attaque de l’ennemi, pourtant totalement fictive, qui aurait eu lieu plusieurs mois plus tôt.

PNG - 70.8 ko

Depuis les années 1970, la recherche sur les faux souvenirs est à l’origine d’une littérature expérimentale importante (Corson & Verrier, 2013). Différentes formes d’illusions mnésiques sont étudiées dans les laboratoires de psychologie cognitive. Avec le paradigme des informations trompeuses (ou de désinformation), les chercheurs étudient la manière dont les témoins oculaires intègrent dans leurs souvenirs des informations erronées qui leur sont suggérées après les faits (Loftus, 2005).

Si ces travaux confirment l’hypothèse selon laquelle la mémoire est malléable, ils indiquent aussi que la propension des participants à intégrer les suggestions trompeuses dans leurs souvenirs dépend de facteurs personnels (certaines personnes résistent mieux que d’autres aux suggestions) et situationnels.

Mais qu’en est-il en dehors du laboratoire de psychologie ? Peut-on également observer l’effet des informations trompeuses sur le terrain ? Les suggestions y ont-elles aussi un effet à long terme sur la mémoire ? Pour répondre à ces questions, l’équipe de psychologues dirigée par Miriam Lommen, de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas, a interrogé des soldats néerlandais, dans le cadre d’une étude sur le stress post-traumatique, environ deux mois avant (pré-test) leur déploiement en Afghanistan, et environ deux mois après (post-test) leur retour de mission (Lommen, Engelhard, & van den Hout, 2013). Au cours du post-test, les participants sont interrogés sur les différents évènements stressants vécus pendant le déploiement. Puis, une attaque de missile, qui aurait eu lieu le jour de la Saint-Silvestre, leur est suggérée. Les chercheurs ont pris soin d’ajouter des détails sensoriels dans la présentation de cet évènement fictif afin de le rendre plus plausible.

À ce moment de l’étude, aucun soldat ne se souvient de l’attaque. Par contre, sept mois plus tard, quand la question est une nouvelle posée, 26 % des soldats indiquent avoir vécu cette expérience qui n’a pourtant jamais eu lieu. Les résultats montrent également que les participants ayant obtenu un moins bon score à un test d’aptitude cognitive sont plus sensibles à l’effet de désinformation que ceux ayant obtenu un meilleur score.

Les chercheurs observent également que cette sensibilité est liée à l’interaction entre niveau d’activation émotionnelle et nombre de stresseurs ressentis au moment du déploiement. En effet, chez les soldats ayant connu un niveau d’activation élevé et rencontré peu d’évènements stressants, la vulnérabilité à l’effet de désinformation est relativement faible. Par contre, chez les soldats ayant ressenti un niveau d’activation élevé et rencontré un grand nombre de stresseurs, la sensibilité à l’effet est plus importante.

Malgré les limites de cette expérience (en particulier l’absence d’un groupe contrôle n’ayant pas été désinformé), les résultats confortent l’idée, cette fois sur le terrain, qu’une suggestion portant sur un évènement fictif peut influencer à long terme la mémoire.

Références :

Corson, Y., & Verrier, N. (2013). Les faux souvenirs. Bruxelles : De Boeck.

Loftus, E. F. (2005). Planting misinformation in the human mind : A 30-year investigation of the malleability of memory. Learning & Memory, 12(4), 361–366. doi:10.1101/lm.94705

Lommen, M. J. J., Engelhard, I. M., & van den Hout, M. A. (2013). Susceptibility to long-term misinformation effect outside of the laboratory. European Journal of Psychotraumatology, 4. doi:10.3402/ejpt.v4i0.19864. Accès libre en ligne.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Faux souvenir induit – Effet de désinformation – Suggestibilité – Mémoire autobiographique – Cognition – Stress – Eveil émotionnel - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Les faux souvenirs induits résistent au temps

Crédit photo :

DVIDSHUB
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)