Des ressources pour détecter le mensonge

23 août 2012 par Frank Arnould

Quand les ressources d’autocontrôle sont épuisées, la détection du mensonge devient plus difficile.

PNG - 63 ko

Notre capacité à nous contrôler dépendrait d’une ressource limitée. Quand cette ressource est épuisée, l’autocontrôle devient plus difficile. Une expérience récente a montré que cet « épuisement de l’ego » (ego depletion en anglais) pourrait rendre les témoins oculaires plus enclins à accepter des suggestions trompeuses sur les faits (Otgaar, Alberts, & Cuppens, 2012). Selon les résultats publiés par des psychologues allemands, le phénomène pourrait aussi perturber l’aptitude à détecter le mensonge (Reinhard, Scharmach, & Stahlberg, à paraître).

Dans la première expérience mise au point par l’équipe de chercheurs, les volontaires commencent par retranscrire un texte pendant 15 minutes. Pour la moitié des sujets, la retranscription s’effectue en devant omettre les lettres e et n, qui sont les lettres parmi les plus courantes de la langue allemande. Cette tâche supplémentaire exige donc que ces participants inhibent une réponse habituelle et automatique. De cette manière, les chercheurs espèrent épuiser leurs ressources d’autocontrôle. Après la tâche de retranscription, tous les sujets visionnent plusieurs vidéos de personnes disant la vérité ou mentant. L’épreuve consiste à désigner qui est honnête et qui cherche à tromper.

Dans l’ensemble, les participants détectent le mensonge avec un taux de précision de 50,84 %, un taux au niveau de celui de la chance (50 %). C’est une confirmation supplémentaire de notre piètre aptitude à détecter le mensonge (Bond & DePaulo, 2006).

Les chercheurs observent également que les sujets dont les ressources d’autocontrôle ont été épuisées sont moins précis que les sujets du groupe contrôle (48,60 % versus 52,98 %). L’épuisement de l’ego a donc rendu la détection du mensonge et de la vérité encore plus compliquée.

La seconde expérience confirme ce constat et en a probablement trouvé l’origine. En effet, les individus épuisés indiquent avoir eu plus de difficulté que les individus non épuisés à se servir d’indices verbaux pour distinguer le mensonge de la vérité. Or, plusieurs travaux ont montré que les signes verbaux sont relativement plus efficaces que les indices non verbaux pour évaluer la crédibilité d’une personne (Vrij, 2008).

Les auteurs de ces expériences pensent que les résultats obtenus ont des implications pratiques importantes. En effet, de nombreux professionnels concernés par la détection du mensonge sont régulièrement confrontés à des situations qui peuvent épuiser leurs ressources d’autocontrôle. Par exemple, les juges, les policiers, les jurés ou les avocats souffrent souvent d’une charge de travail substantielle. Ils doivent aussi constamment contrôler leurs réponses habituelles et dominantes, comme éviter d’afficher leurs émotions, et surmonter leurs pensées stéréotypées. Ils doivent aussi analyser les preuves et prendre des décisions sur l’affaire. Toutes ces activités peuvent épuiser leurs ressources d’autocontrôle et perturber par la suite leur perception de la crédibilité du plaignant ou de l’accusé.

Références :

Bond, C. F., & DePaulo, B. M. (2006). Accuracy of deception judgements. Personality and Social Psychology Review, 10(3), 214-234.

Otgaar, H., Alberts, H., & Cuppens, L. (2012). How cognitive resources alter our perception of the past : Ego depletion enhances the susceptibility to suggestion. Applied Cognitive Psychology, 26(1), 159-163. doi:10.1002/acp.1810

Reinhard, M.-A., Scharmach, M., & Stahlberg, D. (à paraître). Too exhausted to see the truth : Ego depletion and the ability to detect deception. British Journal of Social Psychology. doi:10.1111/j.2044-8309.2012.02113.x

Vrij, A. (2008). Nonverbal dominance versus verbal accuracy in lie detection : A plea to change police practice. Criminal Justice and Behavior, 35(10), 1323-1336. doi:10.1177/0093854808321530

Mots clés :

Détection du mensonge – Ressources cognitives – Autocontrôle – Signes verbaux et non verbaux du mensonge – Cognition – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Détection du mensonge : changer les pratiques

Ressources cognitives et suggestibilité

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Mensonge et détection du mensonge

Crédit photo :

abdallahh
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)