• Accueil
  • Actualités
  • Description verbale et identification du suspect : avantage aux plus âgés ?

Description verbale et identification du suspect : avantage aux plus âgés ?

23 mai 2008 par Frank Arnould

Décrire verbalement le visage d’un malfaiteur peut détériorer l’aptitude du témoin à l’identifier dans une parade d’identification. Comment se comportent les personnes âgées dans cette situation ?

Dans une série d’expériences publiée en 1990, les psychologues Jonathan Schooler et Tonya Engstler-Schooler font une découverte inattendue (Schooler & Engstler-Schooler, 1990). Après avoir visionné une vidéo de trente secondes d’un braquage de banque, les « témoins » doivent décrire verbalement le visage du malfaiteur. Cette tâche détériore leur aptitude à l’identifier ultérieurement dans une parade d’identification ! En quelque sorte, les mots font de l’ombre au souvenir visuel du visage.

La description verbale d’un criminel étant souvent une piste majeure de l’enquête policière (Brown, Lloyd-Jones, & Robinson, 2008), ce phénomène est potentiellement une entrave à la progression des investigations. Néanmoins, il semble qu’il soit aussi fragile et observé uniquement dans certaines circonstances (Meissner & Brigham, 2001).

L’influence du vieillissement sur l’effet d’ombrage verbal est encore peu connue. Les personnes âgées y sont-elles plus ou moins sensibles que leurs cadets ? Avec un matériel similaire à celui de Schooler et Engstler-Schooler (1990), Thomas Kinlen et ses collègues observent que les seniors sont moins affectés par ce phénomène que les jeunes adultes (Kinlen, Adams-Price, & Henley, 2007). Pourtant, dans une recherche antérieure, les psychologues Amina Memon et James Bartlett n’observent pas cette différence d’âge (Memon & Bartlett, 2002). La méthodologie de cette étude est différente sur plusieurs aspects de celle utilisée par Kinlen et ses collaborateurs. L’effet d’ombrage verbal y est aussi de très faible amplitude. Ces résultats contradictoires tendent à prouver, une fois de plus, la fragilité du phénomène, dépendant vraisemblablement des dispositions expérimentales mises en œuvre.

Références :

Brown, C., Lloyd-Jones, T. J., & Robinson, M. (2008). Eliciting person descriptions from eyewitnesses : A survey of police perceptions of eyewitness performance and reported use of interview techniques. European Journal of Cognitive Psychology, 20(3), 529 - 560.

Kinlen, T. J., Adams-Price, C. E., & Henley, T. B. (2007). Verbal overshadowing and face recognition in young and old adults. Educational Gerontology, 33(11), 969-979.

Meissner, C. A., & Brigham, J. C. (2001). A meta-analysis of the verbal overshadowing effect in face identification. Applied Cognitive Psychology, 15(6), 603-616.

Memon, A., & Bartlett, J. (2002). The effects of verbalization on face recognition in young and older adults. Applied Cognitive Psychology, 16(6), 635-650.

Schooler, J. W., & Engstler-Schooler, T. Y. (1990). Verbal overshadowing of visual memories : Some things are better left unsaid. Cognitive Psychology, 22(1), 36-71.

Mots clés :

Témoignage oculaire, Parade d’identification, Tapissage, Mémoire des visages, Ombrage verbal, Description verbale des visages, Cognition, Sénéscence, Adultes jeunes, Personnes âgées

A lire également sur PsychoTémoins :

Description verbale et identification du suspect : l’ombre des mots sur le souvenir du visage