Description verbale et reconnaissance des voix

30 janvier 2006 par Frank Arnould

Dans certaines conditions, la description verbale d’une voix détériore son identification ultérieure.

Dans une série d’expériences publiée en 1990, Schooler et Engstler-Schooler constatent avec surprise que la description verbale du souvenir visuel d’un visage détériore la capacité des témoins à identifier ultérieurement la personne en question : c’est l’effet d’ombrage verbal (verbal overshadowing effect).

Thea Vanags et ses collègues viennent de montrer que cet effet opère également quand des témoins doivent identifier une voix après l’avoir décrite verbalement. Cependant, l’ombrage verbal se manifeste uniquement sous certaines conditions : quand la voix entendue est distordue (enregistrée au téléphone) et qu’elle énonce pendant la phase d’étude une phrase différente de celle prononcée au moment de son identification (respectivement, « Suivez juste les instructions, ne déclenchez pas l’alarme et personne ne sera blessé » et « Pour votre sécurité, ne faites pas de bruit et ne bougez pas et il ne vous arrivera rien »).

Références :

Schooler, J.M., & Engstler-Schooler, T.Y. (1990). Verbal overshadowing of visual memories : Some things are better left unsaid. Cognitive Psychology, 22(1), 36-71.

Vanags, T., Carroll, M., & Perfect, T.Y. (2005). Verbal overshadowing : A sound theory in voice recognition ? Applied Cognitive Psychology, 19(9), 1127-1144.

Mots clés :

Témoignage auditif, Mémoire, Cognition, Effet d’ombrage verbal, Identification de voix, Adultes