Détecter le mensonge ou la vérité ?

18 décembre 2009 par Frank Arnould

Pour mieux détecter le mensonge, il faudrait aussi apprendre à déceler la vérité.

PNG - 58 ko

Bien que nous soyons convaincus du contraire, notre aptitude à détecter le mensonge n’est généralement pas très bonne. Malheureusement, les différents programmes censés améliorer cette compétence se révèlent décevants. Ces formations ne permettent au mieux qu’une progression limitée des performances et poussent les personnes à voir plus souvent le mensonge chez leurs interlocuteurs... même quand ceux-ci sont tout à fait sincères !

Le psychologue Jaume Masip et ses collègues de l’Université de Salamanca en Espagne pensent avoir trouvé l’origine de ces échecs. Tous ces programmes de formation apprennent à repérer uniquement les indices du mensonge dans le comportement des individus. Ils pousseraient donc les apprenants à rechercher ces indicateurs en négligeant les signes suggérant que la personne dit la vérité.

Cette équipe de recherche publie les résultats de deux études confirmant cette explication. Après avoir appris à détecter le mensonge ou la vérité [1], les participants doivent juger la crédibilité de personnes apparaissant dans des enregistrements filmés.

Par rapport à leur performance initiale recueillie avant la formation, ceux entraînés à détecter le mensonge décident désormais plus souvent que les individus mentent. À l’inverse, ceux entrainés à détecter la vérité estiment plus souvent qu’ils sont honnêtes. Les sujets de ces deux groupes jugent pourtant les mêmes enregistrements vidéo de personnes, mais leur formation respective les conduit à y voir des choses différentes !

Les données de ces expériences montrent également que la participation à ces programmes rend les participants plus sûrs de leurs jugements.

Faut-il aussi apprendre à déceler la vérité pour compenser le biais de jugement produit par les programmes traditionnels de formation à la détection du mensonge ? C’est une recommandation faite par les auteurs de ces études. Des psychologues britanniques viennent justement de montrer qu’un entrainement à repérer à la fois les indices de mensonge et de vérité permet d’améliorer sensiblement les jugements de crédibilité (Colwell, Hiscock-Anisman, Memon, Colwell, Taylor & Woods, 2009). Ces résultats préliminaires nécessitent néanmoins des analyses et des confirmations supplémentaires.

Cependant, « […] concevoir un programme d’entrainement se heurte à un problème fondamental : il n’existe pas de signes infaillibles du mensonge (ou de véracité). Même les indices les plus discriminants sont des indicateurs plutôt modestes. […] s’il n’existe pas d’indicateurs valides du mensonge ou de la vérité, lesquels devraient être utilisés dans les programmes d’entrainement ? » s’interrogent les chercheurs espagnols (p. 1294, notre traduction).

Références :

Colwell, K., Hiscock-Anisman, C., Memon, A., Colwell, L. H., Taylor, L., & Woods, D. (2009). Training in assessment criteria indicative of deception to improve credibility judgments. Journal of Forensic Psychology Practice, 9(3), 199-207.

Masip, J., Alonso, H., Garrido, E., & Herrero, C. (2009). Training to detect what ? The biasing effects of training on veracity judgments. Applied Cognitive Psychology, 23(9), 1282-1296.

Mots clés :

Détection du mensonge – Programme de formation – Crédibilité – Véracité – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Apprendre à mieux détecter le mensonge ?

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Mensonge et détection du mensonge.

Crédit photo :

Muzo178
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Durant ces formations, les participants apprennent à détecter les indices soit du mensonge soit de la vérité. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que ces indicateurs ne permettent pas de distinguer réellement les menteurs des personnes honnêtes. Ces indices sont identiques dans les deux programmes, mais sont censés évoluer dans des directions opposées selon qu’ils indiquent la tromperie ou la véracité.