Discussions entre témoins : enquête sur le terrain

28 novembre 2008 par Frank Arnould

Selon les résultats d’une enquête menée sur le terrain au Royaume-Uni, les discussions entre témoins à propos des détails d’un crime sont fréquentes, constituant un danger potentiel pour la fiabilité des témoignages.

PNG - 32.2 ko

Plusieurs recherches de laboratoire montrent que les témoins oculaires ayant assisté à un crime peuvent s’échanger des informations et influencer mutuellement leurs souvenirs de la scène. Est-ce que les discussions entre témoins sont fréquentes dans le cas de crime réel ? Sur quels aspects de l’infraction portent-elles ?

Pour répondre à ces questions, Elin Skagerberg et Daniel Wright, du Département de psychologie de l’Université du Sussex à Brighton, Royaume-Uni, interrogent soixante personnes venant de participer à un tapissage de police dans une unité d’identification de suspects du Sussex. Quatre-vingt-huit pour cent d’entre elles indiquent qu’au moins un autre témoin était présent sur les lieux du crime (le nombre moyen de co-témoins étant de 4,02). Parmi celles-ci, 58 % rapportent avoir discuté du crime avec le ou les autres témoins présents. Les conversations portaient sur : les détails du crime (52 %) ; les détails concernant le suspect (39 %) ; l’apport d’un soutien émotionnel (6 %) ; d’autres informations diverses (3 %).

La présence de plusieurs témoins sur une scène de crime réel est donc une situation courante. En outre, les discussions entre témoins sont fréquentes et portent essentiellement sur les détails concernant le crime et le suspect. Il existe bien un risque de contamination mutuelle des souvenirs de l’évènement. Ces résultats suggèrent que les témoignages de personnes différentes ne doivent pas être systématiquement considérés comme indépendants les uns des autres.

Cependant, « bien que les souvenirs collaboratifs puissent provoquer des imprécisions et doivent être traités avec prudence, on ne doit pas oublier les effets positifs que peuvent avoir les discussions entre témoins sur l’identification et la précision des souvenirs rétrospectifs », concluent les auteurs (p. 520, notre traduction).

Référence :

Skagerberg, E.M., & Wright, D.B. (2008). The prevalence of co-witness and co-witness discussions in real eyewitness. Psychology, Crime & Law, 14(6), 513-521.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Co-témoin - Conformisme des souvenirs – Influence sociale – Discussion – Mémoire – Etude sur le terrain – Suggestibilité - Adultes

A lire également sur PsychoTémoins :

Discussions entre témoins : une enquête en Australie

Crédit photo :

b d solis
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)