Distinguer les vrais des faux souvenirs chez l’enfant ?

2 juillet 2010 par Frank Arnould

Les faux souvenirs sont-ils quantitativement et qualitativement différents des souvenirs authentiques ? Un test, chez l’enfant, de la théorie du contrôle de la réalité.

JPEG - 15.3 ko

Selon la théorie du contrôle de la réalité (CR, Johnson & Raye, 1981), les souvenirs d’expériences vécues devraient contenir un grand nombre de détails perceptifs, contextuels et affectifs. Les faux souvenirs devraient s’en distinguer par des références plus fréquentes à différentes opérations cognitives (détails sur des pensées, raisonnements, inférences…).

Ces critères permettent-ils de distinguer vrais et faux souvenirs chez l’enfant ? Une équipe de recherche, dirigée par Henry Otgaar, de l’Université de Maastricht, aux Pays-Bas, a proposé à deux évaluateurs indépendants d’analyser, selon les critères CR, les retranscriptions d’entretiens d’enfants âgés de 7 à 12 ans, provenant de trois études réalisées par Otgaar et différents collaborateurs. Ces entretiens portaient sur des expériences réellement vécues et sur des évènements fictifs qui leur avaient été suggérés. Les jeunes participants avaient été interrogés à deux reprises, un délai d’une semaine séparant les deux entretiens.

Globalement, vrais et faux souvenirs se ressemblaient, les critères CR n’ayant pas permis de les départager. Les souvenirs authentiques contenaient, néanmoins, un plus grand nombre de détails visuels. De plus, les détails affectifs étaient plus fréquents dans les faux souvenirs, une constatation contraire à ce que prédisait la théorie. Pour Henry Otgaar et ses collègues, ce résultat s’expliquerait par le fait que les faux souvenirs suggérés dans les différentes études portaient sur des évènements négatifs, alors que les souvenirs authentiques portaient principalement sur des expériences émotionnellement neutres.

La présence de détails affectifs dépendrait donc de la nature émotionnelle de l’évènement en cause. En outre, appliqué à la lettre, ce critère aurait fait passer les faux souvenirs pour des souvenirs véritables…

Enfin, les chercheurs ont également constaté que les critères CR étaient plus fréquents dans le second que dans le premier entretien, sauf ceux relatifs au contenu cognitif et affectif des souvenirs.

« Concernant les implications pratiques de notre étude, les résultats ne sont pas encourageants pour les chercheurs qui, travaillant dans un contexte légal, veulent utiliser l’outil CR comme indicateur de la véracité des déclarations douteuses faites par des enfants », concluent les auteurs (p. 564, notre traduction).

Références :

Johnson, M., & Raye, C. L. (1981). Reality monitoring. Psychological Review, 88(1), 67-85.

Otgaar, H., Candel, I., Memon, A., & Almerigogna, J. (2010). Differentiating between children’s true and false memories using reality monitoring criteria. Psychology, Crime & Law, 16(7), 555-566.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Faux souvenirs – Contrôle de la réalité – Mémoire – Cognition – Enfants d’âge scolaire

Crédit photo :

姒儿喵喵
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)