• Accueil
  • Actualités
  • Entraînés à mentir : la détection du mensonge dans le témoignage d’enfants au cours d’un procès

Entraînés à mentir : la détection du mensonge dans le témoignage d’enfants au cours d’un procès

11 septembre 2006 par Frank Arnould

Talwar, Lee, Bala et Lindsay (2006) ont présenté à des adultes une vidéo dans laquelle un enfant témoignait au cours d’un procès fictif. Dans certains cas, l’enfant avait été entraîné par ses parents à raconter un événement fabriqué alors que dans d’autres, il relatait un événement réel. Les adultes ont-ils été capables de détecter l’enfant menteur ou l’enfant qui disait la vérité ? Non ! Leur performance était du niveau de la chance. L’évaluation de la compétence à témoigner [1] et un interrogatoire contradictoire au cours du procès n’amélioraient même pas cette aptitude. Les adultes de l’expérience se sont donc montrés de bien mauvais détecteurs de mensonge (et de vérité). Rien d’étonnant à cela finalement, d’autres études avaient déjà observé ce phénomène.

La façon dont les adultes percevaient le témoignage était influencée par le sexe et l’âge de l’enfant. Ainsi, ils pensaient que les filles étaient de bien meilleurs témoins et qu’elles disaient plus souvent la vérité, même si ce n’était pas le cas ! De plus, ils jugeaient les plus jeunes enfants comme étant moins compétents à témoigner que les plus âgés.

Référence :

Talwar, V., Lee, K., Bala, N., & Lindsay, R.C.L. (2006). Adult’s judgments of children’s coached reports. Law and Human Behavior, 30, 561-570.

Mots-clés :

Détection du mensonge, Interrogatoire contradictoire, Compétence à témoigner, Procès, Adultes, Enfants


[1] Des questions étaient posées aux enfants sur la compréhension du mensonge et de la vérité et la promesse de dire la vérité.