Épuisement des ressources cognitives et faux souvenirs spontanés

4 décembre 2012 par Frank Arnould

Quand les ressources cognitives s’épuisent, les faux souvenirs spontanés sont plus nombreux.

PNG - 26.5 ko

Lorsque nous effectuons des tâches qui exigent de notre part un niveau élevé d’autocontrôle, nos ressources cognitives finissent par s’épuiser et il devient plus difficile de nous contrôler par la suite. Les psychologues appellent ce phénomène l’épuisement de l’ego (ego depletion en anglais).

Récemment, des chercheurs ont constaté que l’épuisement de l’égo rendait les personnes plus sensibles aux suggestions (Henry Otgaar, Alberts, & Cuppens, 2012). Une nouvelle étude montre, pour la première fois, qu’il favorise aussi la formation de faux souvenirs spontanés, c’est-à-dire, ceux produits par le propre système cognitif des individus, en dehors de toute pression exterieure (H. Otgaar, Alberts, & Cuppens, 2012).

Dans cette expérience, les chercheurs utilisent le paradigme DRM pour provoquer la formation de faux souvenirs spontanés. Les participants mémorisent dix listes de mots, cinq listes étant émotionnellement neutres, les cinq listes restantes ayant un contenu émotionnellement négatif. Chaque mot d’une liste est sémantiquement associé à un mot qui n’est pas présenté – le leurre critique. Un faux souvenir est détecté chaque fois qu’un leurre critique est reconnu à tort comme un mot ayant été étudié. Ces faux souvenirs sont produits en raison des liens que partagent les leurres critiques avec les mots présents dans les listes.

Pour induire l’épuisement de l’ego, les psychologues demandent à la moitié des sujets de résoudre des problèmes de calcul mental complexes pendant huit minutes, tout en évitant d’être distraite par des sons. L’épuisement de l’égo est provoqué avant la mémorisation des listes ou avant le test de reconnaissance. L’autre moitié des sujets réalise du calcul mental facile, sans être perturbée par des sons.

Les résultats montrent que l’épuisement de l’égo amplifie la formation de faux souvenirs dans la tâche DRM, sans influencer la production de vrais souvenirs (reconnaissance des mots étudiés). Plus de faux souvenirs négatifs sont générés quand l’épuisement de l’égo est induit avant le test de reconnaissance plutôt qu’avant la mémorisation des listes. L’inverse est vrai pour les faux souvenirs émotionnellement neutres. Cependant, la précision des souvenirs (taux de reconnaissances correctes/taux de reconnaissances correctes + fausses reconnaissances) est meilleure pour les listes négatives que pour les listes neutres. Pour les chercheurs, ce résultat indiquerait que les évènements négatifs seraient plus résistants à l’influence de l’épuisement de l’égo que les évènements neutres.

Références :

Otgaar, H., Alberts, H., & Cuppens, L. (2012). Ego depletion results in an increase in spontaneous false memories. Consciousness and Cognition, 21(4), 1673–1680. doi:10.1016/j.concog.2012.09.006

Otgaar, Henry, Alberts, H., & Cuppens, L. (2012). How cognitive resources alter our perception of the past : Ego depletion enhances the susceptibility to suggestion. Applied Cognitive Psychology, 26(1), 159‑163. doi:10.1002/acp.1810

Mots clés :

Faux souvenirs spontanés – DRM (Deese-Roediger-McDermott) – Émotion – Mémoire – Épuisement de l’égo – Ressources cognitives – Fonctions exécutives – Cognition - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Ressources cognitives et suggestibilité

Des ressources pour détecter le mensonge

Crédit photo :

Surat Lozowick
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)