• Accueil
  • Actualités
  • Evaluer la crédibilité des allégations d’agressions sexuelles d’enfants : l’interêt du protocole d’entretien du NICHD

Evaluer la crédibilité des allégations d’agressions sexuelles d’enfants : l’interêt du protocole d’entretien du NICHD

10 avril 2007 par Frank Arnould

En 2000, une équipe de recherche publiait dans Child Abuse & Neglect les premiers résultats concernant l’évaluation d’un nouveau protocole d’entretien pour interroger les enfants suspectés d’avoir subi des agressions sexuelles. Le groupe de travail était composé de chercheurs américains du National Institute of Child Health and Human Development (NICHD) et de scientifiques israéliens de l’Université de Haïfa, du Ministère du Travail et des Affaires Sociales et d’un psychologue en pratique libérale (Orbach et al., 2000).

Le protocole du NICHD repose sur le principe général selon lequel les informations recueillies à l’aide de questions ouvertes (par exemple, « Dis-moi ce qui s’est passé. ») sont plus nombreuses et plus précises que celles obtenues par des questions fermées, spécifiques ou suggestives (par exemple, « Quel livre as-tu lu avant de t’endormir ? »). L’entretien débute en mettant en confiance l’enfant, dans un climat et un environnement positif. Les objectifs de l’entretien lui sont clairement formulés, et l’on s’assure qu’il maîtrise bien la distinction entre le mensonge et la vérité. On lui apprend comment se souvenir d’événements autobiographiques spécifiques qu’il a vécus personnellement à partir de questions ouvertes, et on l’informe sur différentes règles de communication. Il lui est ainsi permis de répondre « Je ne sais pas », « Je ne me souviens pas » ou encore de corriger l’interviewer si celui-ci fait une erreur. L’enquêteur doit s’adapter au niveau de développement et aux capacités de l’enfant en évitant, par exemple, d’utiliser des formulations verbales trop complexes. Lors de la phase d’interrogation sur les agressions, les questions ouvertes sont donc préférentiellement utilisées. Des questions ciblées mais non suggestives peuvent être posées, mais uniquement en fin d’entretien afin de recueillir des informations importantes supplémentaires. On trouvera dans Orbach et al. (2000) la procédure complète du protocole.

Dans une étude toute récente (Hershkowitz, Fisher, Lamb, & Horowitz, 2007), des enquêteurs spécialisés dans l’enfance devaient décider de la crédibilité des allégations d’agressions sexuelles d’enfants dont les témoignages avaient été recueillis avec ou sans le protocole NICHD. Ils devaient donc se prononcer sur la véracité des faits rapportés par les enfants. Afin d’estimer la précision de leurs jugements, les allégations avaient été classées comme plausibles ou peu probables à partir de preuves externes (examen médical, indice matériel...). Les enquêteurs de l’étude n’avaient pas eu accès à ces informations. Leurs jugements se fondaient donc uniquement sur l’examen des entretiens.

Par rapport aux entretiens conduits sans le protocole, les jugements de la crédibilité des témoignages recueillis à l’aide de la procédure du NICHD étaient, dans l’ensemble, plus précis. Toutefois, les enquêteurs estimaient avec plus de précision que les faits rapportés par l’enfant s’étaient réellement déroulés lorsqu’ils devaient évaluer des témoignages plausibles. Les fausses allégations restaient plus difficiles à détecter (voir le Tableau ci-dessous pour un résumé des résultats). Par ailleurs, pour un plus grand nombre d’entretiens hors protocole, aucun jugement de crédibilité n’avait été possible (52,4 % versus 16,7 %).

Pourcentage de jugement précis de la crédibilité des témoignages en fonction du type d’allégation et d’entretien (d’après Hershkowitz et al., 2007)
Type d’allégationNICHDHors protocole
Plausible 95,2 38,1
Peu probable 23,8 11,9
Total 59,5 29,6

Références :

Hershkowitz, I., Fisher, S., Lamb, M. E., & Horowitz, D. (2007). Improving credibility assessment in child sexual abuse allegations : The role of the NICHD investigative protocol. Child Abuse & Neglect, 21, 99-110.

Orbach, Y., Hershkovitz, I., Lamb, M. E., Sternberg, K. J., Esplin, P. W., & Horowitz, D. (2000). Assessing the value of structured protocols for forensic interviews of alleged child abuse victims. Child Abuse & Neglect, 24, 733-752.

Mots-clés :

Crédibilité du témoignage, Abus sexuel, Entretien, NICHD, Mensonge, Enfants

À lire également sur PsychoTémoins :

Interroger les enfants : une version française du protocole du NICHD