Faux souvenirs et amnésie illusoire

10 janvier 2012 par Frank Arnould

La vulnérabilité aux faux souvenirs ne serait pas associée à la propension à développer des amnésies illusoires.

JPEG - 15.3 ko

La mémoire n’est pas toujours très fiable, les souvenirs étant sujets à différentes formes de distorsions. Par exemple, il peut nous arriver de nous remémorer des évènements que nous n’avons, en fait, jamais vécu : c’est le phénomène des faux souvenirs.

Nous pouvons également succomber à une sorte d’amnésie illusoire : nous pensons ne pas avoir eu de souvenirs de certains évènements alors que nous nous en sommes bien souvenus dans le passé. Autrement dit, nous avons oublié que nous nous sommes souvenus.

Avant d’être étudié en laboratoire, ce phénomène étrange a été découvert chez certaines personnes affirmant avoir retrouvé, après une période d’oubli, des souvenirs d’agressions sexuelles subies pendant leur enfance. Pourtant, elles avaient bien révélé les faits à un conjoint, un ami ou à un membre de la famille pendant la période d’amnésie supposée (Schooler, 2001).

Une équipe de psychologues néerlandais (Raymaekers, Peters, Smeets, Abidi, & Merckelbach, 2011) n’a observé, récemment, aucune corrélation entre ces deux formes d’erreurs mnésiques, aussi bien dans un échantillon d’étudiants (Étude 1) que dans un groupe de personnes ayant vécu des agressions sexuelles pendant leur enfance, mais sans jamais les avoir oubliées (Étude 2). Il s’agirait donc de deux formes d’erreurs indépendantes l’une de l’autre. Dans ce travail, la vulnérabilité aux faux souvenirs a été mesurée à l’aide d’une tâche DRM, et la propension aux amnésies illusoires dans une tâche d’apprentissage de mots associés (Étude 1) et de mémoire autobiographique (Étude 2).

Les chercheurs ont également observé (Étude 1) une association positive entre la propension aux défaillances cognitives dans la vie quotidienne (par exemple, oublier fréquemment ce que l’on vient de lire) et la vulnérabilité aux faux souvenirs et aux amnésies illusoires.

Ces deux formes d’illusions mnésiques indépendantes permettent de jeter un regard nouveau sur la controverse concernant la réalité des souvenirs retrouvés d’agressions sexuelles infantiles (Geraerts, Raymaekers, & Merckelbach, 2008). Tout d’abord, selon les résultats d’une enquête menée aux Pays-Bas (Geraerts, Schooler, et al., 2007), quand ces souvenirs ont été retrouvés spontanément, ils ont été corroborés par des preuves externes aussi souvent que les souvenirs continus de tels sévices (c’est-à-dire, sans période d’oubli). Par contre, les souvenirs retrouvés graduellement au cours d’une psychothérapie suggestive n’ont jamais été corroborés par de telles preuves. Autrement dit, les souvenirs retrouvés spontanément ont une plus forte chance d’être réels que les souvenirs retrouvés en thérapie.

Ensuite, une étude (Geraerts et al., 2009) a révélé que les personnes ayant retrouvé ce type de souvenirs pendant une thérapie étaient les plus vulnérables à la formation de faux souvenirs, mais ne présentaient pas une plus grande susceptibilité aux amnésies illusoires. Les personnes les ayant retrouvés spontanément présentaient le profil cognitif inverse.

Références :

Geraerts, E., Lindsay, D. ., Merckelbach, H., Jelicic, M., Hauer, B. J. A., & Raymaekers, L. (2009). Cognitive mechanisms underlying recovered memory experiences of childhood sexual abuse. Psychological Science, 12(1), 92-98.

Geraerts, E., Raymaekers, L., & Merckelbach, H. (2008). Recovered memories of childhood sexual abuse : Current findings and their legal implications. Legal and Criminological Psychology, 13(2), 165-176.

Geraerts, E., Schooler, J. W., Merckelbach, H., Jelicic, M., Hauer, B., & Ambadar, Z. (2007). The reality of recovered memories : Corroborating continuous and discontinuous memories of childhood sexual abuse. Psychological Science, 18(7), 564-568.

Raymaekers, Linsey, Peters, M. J. V., Smeets, T., Abidi, L., & Merckelbach, H. (2011). Underestimation of prior remembering and susceptibility to false memories : Two sides of the same coin ? Consciousness and Cognition, 20(4), 1144-1153.

Schooler, Jonathan W. (2001). Discovering memories of abuse in the light of meta-awareness. Journal of Aggression, Maltreatment & Trauma, 4(2), 105-136.

Mots clés :

Faux souvenirs – Amnésie illusoire – Forget-it-along effect – Mémoire – Cognition – Abus sexuel infantile – Agression sexuelle infantile – DRM – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Des amnésies illusoires chez les personnes ayant retrouvé des souvenirs infantiles d’agressions sexuelles ?

Les souvenirs retrouvés d’agressions sexuelles infantiles sont-ils authentiques ?

Retrouver des souvenirs infantiles d’agressions sexuelles : deux profils cognitifs différents

Crédit photo :

姒儿喵喵
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)