Faux souvenirs et vieillissement : la menace du stéréotype

29 novembre 2011 par Frank Arnould

Quand les stéréotypes négatifs sur la mémoire des séniors sont désamorcés, les personnes âgées produisent moins de faux souvenirs.

PNG - 36.6 ko

Quand une situation active des stéréotypes négatifs sur un groupe social, la performance des membres de ce groupe, par exemple dans des tâches scolaires ou cognitives, est perturbée. Cette menace du stéréotype fait donc courir le risque aux personnes concernées de confirmer, à un niveau individuel, les préjugés négatifs sur leur groupe social d’appartenance.

Ce phénomène a été découvert au milieu des années 1990 par les psychologues américains Claude Steele et Joshua Aronson. Aux États-Unis, la population d’origine africaine est souvent perçue comme ayant de moins bonnes aptitudes intellectuelles que la population d’origine européenne. Ces chercheurs ont donc voulu savoir dans quelle mesure l’activation de ce stéréotype était responsable de la performance de personnes d’origine africaine dans un test d’intelligence.

L’une de leurs expériences (Steele & Aronson, 1995), par exemple, a montré que des étudiants Noirs américains obtenaient de moins bons scores que des étudiants américains d’origine européenne dans un test d’intelligence quand ce test leur était présenté comme une mesure des capacités intellectuelles des individus. Quand le test leur était présenté comme une simple tâche de résolution de problème, sans aucune référence aux capacités intellectuelles, les étudiants Noirs américains ont obtenu des scores similaires à ceux des étudiants américains d’origine européenne (voir Désert, Croizet, & Leyens, 2002, pour une revue en français de la littérature sur la menace du stéréotype).

Les personnes âgées sont également l’objet de stéréotypes négatifs. Elles sont généralement perçues comme ayant une moins bonne mémoire que les individus plus jeunes qu’elles. Comme le rappellent les psychologues Ayanna Thomas et Stacey Dubois, de l’Université Tufts aux États-Unis, plusieurs travaux ont déjà montré que l’activation de ce type de stéréotype influençait négativement la performance des séniors dans des tâches de mémoire. Par contre, quand le stéréotype était désamorcé, les individus âgés amélioraient leur performance mnésique.

Ces deux chercheurs ont montré, dans une nouvelle expérience (Thomas & Dubois, à paraître), que la menace de ce stéréotype favorisait la formation de faux souvenirs chez les personnes âgées. Pour ce faire, ils ont étudié les distorsions de la mémoire de jeunes adultes et de séniors dans une tâche DRM (Deese, 1959 ; Roediger & McDermott, 1995) . Les participants ont tout d’abord évalué des mots, regroupés dans plusieurs listes, selon leur caractère plus ou moins plaisant. Chaque mot d’une liste (par exemple, lit, sieste, repos…) était sémantiquement associé à un autre mot – le leurre critique - qui n’était pas présenté (sommeil).

Après l’étude des listes, l’expérimentateur a lu, à une partie des sujets, un texte dans lequel il décrivait des recherches ayant montré un déclin de la mémoire avec l’âge. Cette condition expérimentale avait, bien entendu, pour objectif d’activer le stéréotype négatif sur la mémoire des séniors (menace élevée). L’expérimentateur lisait à l’autre partie des sujets un texte sur le traitement du langage (menace faible). Les participants ont ensuite été invités à reconnaître les mots étudiés parmi d’autres mots. Parmi ces mots nouveaux, les chercheurs avaient introduit les leurres critiques.

Les résultats ont montré que les personnes âgées ont produit un plus grand nombre de faux souvenirs (reconnaître à tort les leurres critiques comme ayant été étudiés) quand la menace du stéréotype était élevée. La fréquence des faux souvenirs chez les jeunes adultes n’a pas été influencée par le niveau de menace. De plus, quand la menace du stéréotype était faible, les séniors n’ont pas produit plus d’erreurs de mémoire que leurs cadets. Dans cette situation, ils ont aussi été moins sûrs de leurs faux souvenirs que les séniors soumis à une forte menace du stéréotype.

Selon les auteurs de cette étude, l’activation du stéréotype portant sur la mémoire des séniors a pu provoquer une charge supplémentaire sur les ressources cognitives disponibles des participants âgés. Étant directement sous sa menace, ils se sont probablement engagés dans des efforts pour supprimer les pensées stéréotypées. Cette réduction des ressources les a conduits à produire plus de faux souvenirs que les jeunes adultes. Par contre, quand la menace du stéréotype était faible, les personnes âgées ont disposé de toutes leurs ressources disponibles, et les différences d’âge dans la formation des faux souvenirs ont alors été éliminées.

Références :

Deese, J. (1959). On the prediction of occurence of particular verbal intrusions in immediate recall. Journal of Experimental Psychology, 58(1), 17-22.

Désert, M., Croizet, J.-C., & Leyens, J.-P. (2002). La menace du stéréotype : une interaction entre situation et identité. L’année psychologique, 102(3), 555-576.

Roediger, H. L., & McDermott, K. B. (1995). Creating false memories : Remembering words not presented in lists. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 21(4), 803-814.

Steele, C. M., & Aronson, J. (1995). Stereotype threat and the intellectual test performance of African Americans. Journal of Personality and Social Psychology, 69(5), 797-811.

Thomas, A. K., & Dubois, S. J. (à paraître). Reducing the burden of stereotype threat eliminates age differences in memory distortion. Psychological Science.

Mots clés :

Faux souvenirs spontanés – Apprentissage incident – Paradigme DRM – Mémoire – Cognition – Menace du stéréotype – Adultes jeunes – Personnes âgées

À lire également sur PsychoTémoins :

L’Entretien Cognitif est aussi efficace chez les témoins oculaires âgés

Témoignage oculaire et vieillissement : la source des faux souvenirs

Description verbale et identification du suspect : avantage aux plus âgés ?

Hypermnésie et témoignage oculaire chez la personne âgée

Les personnes âgées seraient-elles des témoins peu fiables ?

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Crédit photo :

BlackpitShooting
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)