• Accueil
  • Actualités
  • Fiabilité des témoignages oculaires : retour sur un drame suédois

Fiabilité des témoignages oculaires : retour sur un drame suédois

25 septembre 2012 par Frank Arnould

En 2003, Anna Lindh, ministre suédoise des Affaires étrangères, est assassinée. L’analyse des archives de la police montre que les témoins de l’agression ont commis un nombre substantiel d’erreurs en décrivant l’apparence physique du meurtrier.

PNG - 88.9 ko

Le 10 septembre 2003, dans l’après-midi, Anna Lindh, ministre des Affaires étrangères du gouvernement suédois, se rend dans un grand magasin de Stockholm. Vers 16 h, un homme se dirige vers elle et lui assène plusieurs coups de couteau avant de s’enfuir. Les blessures occasionnées par ce geste sont extrêmement graves et, malgré une longue intervention chirurgicale, le décès de la ministre est prononcé le 11 septembre.

L’équipe dirigée par Pär Granhag, du département de psychologie de l’Université de Göteborg, en Suède, a eu accès aux archives de la police de Stockholm concernant l’assassinat. Les chercheurs ont analysé les descriptions physiques du meurtrier d’Anna Lindh faites par vingt-neuf témoins oculaires de la scène. Leurs déclarations ont été recueillies entre le 10 septembre et le 22 octobre 2003. Les enregistrements des caméras de surveillance du magasin ont permis aux chercheurs d’évaluer la précision des descriptions.

Les données ont révélé qu’environ 42 % des détails physiques rapportés par les témoins oculaires étaient imprécis, ayant ainsi conduit à un portrait trompeur du meurtrier. Reformulé autrement, ce résultat indique que deux détails sur cinq étaient erronés. Les chercheurs ont été surpris par cette observation, puisque d’autres études d’archives policières ont montré, au contraire, que les descriptions physiques des témoins étaient plutôt précises. Ils ont jugé que c’était la brièveté de l’agression sur Anna Lindh, qui a duré entre 12 et 14 secondes, qui a pu compromettre la fiabilité des descriptions. Les témoins n’ont probablement pas disposé d’un temps suffisant pour mémoriser de manière fiable l’apparence de l’agresseur.

Vingt témoins ont été interrogés avant et après la publication dans les médias de photographies de l’assassinat, tirées des enregistrements de vidéosurveillance. Après leur diffusion, les témoins ont rapporté des détails supplémentaires sur l’apparence du meurtrier, mais essentiellement en ce qui concernait son habillement. Seuls ces détails sont devenus plus précis.

Plusieurs travaux expérimentaux, réalisés en laboratoire, ont montré que les témoins oculaires peuvent s’influencer en discutant des faits. Dans l’affaire Anna Lindh, ce phénomène de conformisme des souvenirs a peut-être eu cours. En effet, après l’assassinat, plusieurs témoins ont été placés ensemble dans une petite pièce. L’analyse des protocoles d’entretien a indiqué que des discussions ont eu lieu à ce moment entre ces personnes. De plus, les policiers ont interrogé des témoins dans cette même salle, permettant aux autres témoins d’entendre les échanges.

Une preuve plus directe de conformisme des souvenirs a été relatée par les auteurs. Parmi les témoins se trouvaient une femme et sa fille. Leurs déclarations, recueillies pourtant séparément, étaient étrangement similaires. En outre, un témoin, très influant puisque proche de la scène du crime, s’est souvenu devant d’autres témoins que le meurtrier portait une veste de camouflage de type militaire. Cette information a été retrouvée dans les déclarations faites par des personnes différentes. Elle était pourtant erronée : le meurtrier portait un pull gris.

Les chercheurs ont donc recommandé aux policiers, quand cela est possible, de faire en sorte que les témoins oculaires d’un crime ne puissent pas communiquer les uns avec les autres, puisque leurs échanges peuvent conduire à des imprécisions dans leurs déclarations.

Référence :

Granhag, P. A., Ask, K., Rebelius, A., Öhman, L., & Mac Giolla, E. (2013). ‘I saw the man who killed Anna Lindh !’ An archival study of witnesses’ offender descriptions. Psychology, Crime & Law, 19(10), 921–931. doi:10.1080/1068316X.2012.719620

Mots clés :

Témoignage oculaire – Description verbale – Apparence physique – Suspect – Conformisme des souvenirs – Post-information – Influence sociale – Mémoire – Cognition – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Aider les témoins oculaires à mieux décrire un visage

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Entretiens et interrogatoires

Crédit photo :

FaceMePLS
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)