Formulation des questions et faux souvenirs

6 novembre 2006 par Frank Arnould

Récemment, Jelicic et al. (2006) ont montré que 63 % des sujets interrogés se sont souvenus d’un enregistrement vidéo de l’assassinat de Pim Fortuyn, homme politique néerlandais. Pourtant, il n’existe aucun document filmé de ce meurtre ! Smeets et al. (2006) ont découvert que la génération de ces faux souvenirs dépendait de la formulation de la question. Ainsi, 63,3 % des sujets se sont souvenus (à tort) avoir vu le film lorsque la question était ambiguë (« Avez-vous vu le film amateur de l’assassinat de Fortuyn ? »). Ce taux chutait à 30 % lorsque la question était spécifique et hautement suggestive (« Avez-vous vu le film amateur montrant Fortuyn tué par Volkert van der G. ? ») ou spécifique et faiblement suggestive (« Avez-vu un film amateur montrant Fortuyn tué par Volkert van der G. ? »). 26,7 % des sujets rapportaient également un tel (faux) souvenir lorsque la question était neutre, formulée de manière ouverte (« Vous souvenez-vous s’il existe un film montrant Fortuyn tué par Volkert van der G. ? »).

Références :

Jelicic, M., Smeets, T., Peters, M.J.V., Candel, I., Horselenberg, R. & Merckelbach, H. (2006). Assassination of a controversial politician : Remembering details from another non-existent film. Applied Cognitive Psychology, 20, 591-596. (Lire le compte rendu sur PsychoTémoins).

Smeets, T., Jelicic, M., Peters, M.J.V., Candel, I., Horselenberg, R. & Merckelbach, H. (2006). ‘Of course I remember seeing that film’ - How ambiguous questions generate crashing memories. Applied Cognitive Psychology, 20, 779-789.

Mots-clés :

Mémoire, Faux souvenir, Suggestibilité, Formulation de la question