Identification d’un suspect : interférence entre visage et voix

16 février 2011 par Frank Arnould

Le visage d’un criminel pourrait détériorer la reconnaissance de sa voix.

JPEG - 15.9 ko
Dans le récit Double Meurtre dans la rue Morgue, publié en 1841, Edgar Allan Poe (1809-1849) illustre les difficultés éprouvées par des témoins auditifs à identifier une voix. Illustration de la nouvelle d’Aubrey Beardsley.

Les témoins oculaires sont aussi souvent des témoins auditifs. Par conséquent, voix et visage constituent autant d’indices permettant d’identifier un criminel. Cependant, selon les données publiées par la psychologue Sarah Stevenage et ses collègues, de l’Université de Southampton, Royaume-Uni, le visage d’une personne détériorerait la reconnaissance de sa voix.

Les participants de l’étude sont répartis dans quatre groupes expérimentaux : a) étude de visages, puis test de reconnaissance des visages ; b) étude de voix, puis test de reconnaissance des voix ; c) étude de visages associés à des voix, puis test de reconnaissance des visages ; d) étude de visages associés à des voix, puis test de reconnaissance des voix.

Les résultats montrent que la voix ne perturbe pas la reconnaissance du visage qui lui était associé. En revanche, le visage détériore la reconnaissance de la voix qui l’accompagnait.

Les chercheurs pensent que l’explication la plus probable de cette interférence asymétrique entre visage et voix repose sur l’idée d’un biais d’allocation de l’attention, hypothèse selon laquelle les entrées visuelles seraient toujours traitées en priorité.

Pour formuler cette interprétation des données, l’équipe de psychologues s’appuie sur les résultats d’études antérieures montrant d’une part que, même dans de mauvaises conditions lumineuses, les entrées visuelles (visages) dirigent toujours l’attention, qui n’est pas reorientée vers les entrées auditives (voix), et d’autre part, que les personnes mal voyantes ne reconnaissent généralement pas mieux les voix que les personnes voyantes.


Référence :

Stevenage, S. V., Howland, A., & Tippelt, A. (2011). Interference in eyewitness and earwitness recognition. Applied Cognitive Psychology, 25(1), 112-118.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Témoignage auditif – Voix – Visage – Interférence – Mémoire – Adultes.

Crédit image :

Wikimedia Commons