Identifications de suspects : tout est-il dans le regard ?

13 janvier 2012 par Frank Arnould

Les témoins oculaires regarderaient d’abord les visages placés à gauche dans les tapissages de police, une tendance qui pourrait favoriser les erreurs d’identification.

JPEG - 38.9 ko

Au cours d’un tapissage de police, le témoin oculaire est généralement placé devant une rangée d’individus comprenant le suspect et des figurants. Les membres de la parade se tiennent derrière une glace sans tain ou bien des photographies de leur visage sont présentées au témoin. La tâche de ce dernier consiste à désigner ou non la personne qu’il pense être l’auteur d’une infraction.

Le processus paraît simple, mais les apparences sont trompeuses. Les erreurs commises dans des tapissages constituent en effet la cause la plus fréquente de condamnations d’individus innocents [1]. De plus, les psychologues ont découvert plusieurs facteurs pouvant compromettre la précision des identifications. Une nouvelle étude révèle même que la position du suspect dans la parade pourrait favoriser, dans certaines circonstances, les décisions erronées prises par des témoins (Megreya, Bindemann, Havard, & Burton, à paraître).

Dans la première expérience, les participants doivent décider si des paires de visages représentent la même personne ou des personnes différentes. La première fixation visuelle se porte le plus souvent sur le visage de gauche dans les paires (dans 83, 3 % des cas), d’autant plus si un espace de 10 cm sépare les visages par rapport à un espace de 2 cm.

Cette tendance à privilégier le champ visuel gauche est confirmée dans la deuxième expérience, dans laquelle est utilisée une tâche d’appariement de visages plus proche d’une situation de tapissage policier. Les participants doivent décider si le visage visualisé dans la moitié supérieure de l’écran se retrouve dans la rangée de cinq individus présentés dans la moitié inférieure. Dans 50 essais différents, le visage cible est présent dans la rangée. Dans les 50 autres, il en est absent.

L’analyse des mouvements oculaires révèle que les premières fixations visuelles des participants se portent préférentiellement sur les visages placés à gauche et au centre. Quand les visages cibles sont absents des parades, les participants commettent un plus grand nombre d’erreurs d’identification sur les visages placés à gauche.

La tendance à privilégier le champ visuel gauche serait notamment la conséquence d’une plus grande spécialisation de l’hémisphère cérébral droit dans le traitement des visages, en particulier dans le traitement de leurs configurations (Hole & Bourne, 2010).

Références :

Hole, G. J., & Bourne, V. (2010). Face Processing : Psychological, Neuropsychological, and Applied Perspectives. Oxford : Oxford University Press.

Megreya, A. M., Bindemann, M., Havard, C., & Burton, A. M. (à paraître). Identity-lineup location influences target selection : Evidence from eye movements. Journal of Police and Criminal Psychology.

Mots clés :

Tapissage de police – Parade d’identification – Mouvement oculaire – Vision – Cognition – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Parades d’identification

Crédit photo :

quinn.anya
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)