Identifier une voix : un cas typique

20 octobre 2009 par Frank Arnould

Les visages communs sont plus souvent l’objet d’erreurs de mémoire que les visages singuliers. Un phénomène similaire vient d’être découvert dans la reconnaissance de voix.

PNG - 111.9 ko

Une équipe de psychologues vient de découvrir un nouveau facteur influençant la précision des identifications vocales. Les participants à leurs expériences, tous étudiants d’université, sont invités à catégoriser les voyelles contenues dans les mots qui leur sont présentés oralement par une voix d’homme (Expérience 1) ou de femme (Expérience 2). Ces voix sont fortement ou faiblement représentatives de celles d’un locuteur masculin ou féminin.

Les sujets ne sont pas informés que leur souvenir de la voix entendue sera testé une semaine plus tard. Cette manipulation a pour objectif de simuler certaines situations de témoignage auditif au cours desquelles le témoin n’a pas mémorisé intentionnellement les caractéristiques de la voix du délinquant.

Lors du test de mémoire surprise, les participants doivent reconnaître la voix entendue initialement parmi de nouvelles voix. Celles-ci sont elles-mêmes très ou peu typiques de voix d’hommes ou de femmes.

La voix originale est assez bien reconnue quand elle est représentée pendant le test de reconnaissance. Toutefois, les auditeurs commettent également des erreurs. En particulier, ils confondent souvent de nouvelles voix fortement typiques avec la voix originale quand elle-même est hautement représentative de celle d’un homme ou d’une femme. Ce type de méprise est la plus courante.

Pendant la tâche de catégorisation, les participants entendent le locuteur ou la locutrice durant quarante minutes environ. Par conséquent, les auteurs estiment que les résultats observés s’appliqueraient surtout aux situations dans lesquelles témoins et victimes sont exposés longuement à la voix d’un délinquant. C’est le cas, par exemple, au cours d’un kidnapping ou d’une prise d’otages.

Référence :

Mullennix, J. W., Ross, A., Smith, C., Kuykendall, K., Conard, J., & Barb, S. (2011). Typicality effects on memory for voice : Implications for earwitness testimony. Applied Cognitive Psychology, 25(1), 29-34.

Mots clés :

Témoignage auditif - Reconnaissance de voix - Audition - Mémoire - Typicalité - Cognition - Adultes.

À lire également sur PsychoTémoins :

Le témoignage auditif est malléable

Erreurs dans l’identification des voix ?

Crédit photo :

ST33VO _ Certains droits réservés (Licence Creative Commons)