Influences entre témoins et anxiété sociale

23 septembre 2010 par Frank Arnould

Anxiété sociale et suggestibilité de témoins oculaires seraient liées.

PNG - 83.4 ko

Les témoins oculaires d’un crime s’échangent fréquemment des informations sur les faits. Plusieurs études en laboratoire montrent que ces conversations ne sont pas sans danger : un témoin peut incorporer dans ses souvenirs de fausses informations communiquées par un autre témoin. C’est ce que les psychologues appellent la contagion sociale ou le conformisme des souvenirs.

Une équipe de chercheurs vient de publier une série de résultats montrant que la personnalité des témoins influencerait l’amplitude de ce phénomène (Wright, London, & Waechter, 2010).

Les participants de l’expérience sont tous des adolescents, âgés de 11 à 18 ans, regroupés par paires, et devant visionner plusieurs visages qu’ils doivent ensuite tenter de reconnaître. Les réponses de chaque paire d’individus sont consignées sur une feuille unique, divisée en deux colonnes, si bien que la personne répondant en second peut voir les réponses de celle répondant en premier.

Les psychologues découvrent que les adolescents ayant peur d’être évalués négativement par les autres se conforment plus souvent aux réponses données par leur partenaire d’expérience. Ceux ayant tendance à éviter les situations sociales sont moins suggestibles.

Deux volets de l’anxiété sociale (peur de l’évaluation négative et évitement social) influenceraient donc le niveau de suggestibilité entre adolescents, mais dans des directions opposées.

Les raisons du conformisme

Les psychologues sociaux ont mis en lumière deux principes permettant de comprendre pourquoi les personnes se conforment aux jugements d’autrui. Dans une situation de témoignage oculaire, par exemple, certains témoins peuvent se rallier à l’opinion d’autres témoins parce qu’ils considèrent que ces derniers ont une meilleure mémoire du crime. C’est l’influence informationnelle.

Ils peuvent également se conformer parce qu’ils estiment que le coût social d’une erreur est faible, alors que celui du désaccord ou de la désapprobation est élevé. C’est l’influence normative.

Référence :

Wright, D. B., London, K., & Waechter, M. (2010). Social anxiety moderates memory conformity in adolescents. Applied Cognitive Psychology, 24(7), 1034-1045.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Reconnaissance des visages – Influence sociale – Suggestibilité – Conformisme des souvenirs – Anxiété sociale – Phobie sociale – Mémoire – Cognition – Adolescents

Crédit photo :

jurek d
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)