Influences entre témoins oculaires à l’adolescence

30 septembre 2011 par Frank Arnould

Une étude révèle l’influence des pairs sur les témoignages oculaires pendant l’adolescence.

PNG - 62.6 ko
Memorial pour les victimes de l’attentat d’Oklahoma City. L’enquête a révélé un possible conformisme des souvenirs entre témoins oculaires.

De nombreuses études indiquent que les témoins oculaires peuvent commettre des erreurs dans leurs déclarations en y intégrant des informations erronées dont ils ont pris connaissance après les faits.

Le conformisme des souvenirs est un cas particulier de ce phénomène. Les suggestions trompeuses sont ici divulguées par un autre témoin de la scène (Wright et al., 2009). L’enquête qui a suivi l’attentat d’Oklahoma City en 1995, ayant entraîné la mort de 168 personnes et fait plusieurs centaines de blessés, a révélé une telle contagion sociale des souvenirs entre témoins oculaires. Un employé réussit à convaincre deux de ses collègues que le suspect Timothy McVeigh était accompagné lorsqu’il loua le camion utilisé pour l’attentat. Les investigations du FBI finirent par conclure que ce supposé complice était probablement une personne innocente, venue louer un véhicule à un autre moment.

La vulnérabilité des adolescents à ces distorsions dans les témoignages a été peu abordée dans les travaux sur le conformisme des souvenirs. Comme l’a rappelé la psychologue Katherine McGuire, de l’Université de Toledo, aux États-Unis, cette période de la vie est celle où l’influence des pairs est particulièrement marquée (McGuire, London, & Wright, 2011).

Les pairs constitueraient-ils alors une source puissante de contagion sociale des souvenirs, particulièrement pendant l’adolescence ? Pour répondre à cette question, la psychologue et ses collègues ont mené une expérience en convoquant au laboratoire des adolescents et de jeunes adultes âgés de 11 à 25 ans. Les participants ont d’abord visionné seuls ou par groupe de deux (les dyades étant composées d’individus de même âge et de même sexe) un enregistrement vidéo décrivant le vol d’un téléphone portable.

Tous les témoins ont ensuite répondu individuellement à une série de questions sur les faits. L’expérimentateur a demandé aux membres de chaque dyade de remplir le questionnaire sur lequel les réponses de leur partenaire d’expérience étaient déjà inscrites. C’est cette manipulation qui devait permettre de savoir si un pair pouvait influencer les déclarations. En fait, le questionnaire avait été prérenseigné par les chercheurs eux-mêmes, et contenait neuf réponses exactes et cinq réponses fausses. Les membres de certaines dyades ont aussi été prévenus qu’ils devraient lire à haute voix leurs réponses face à leur co-témoin.

L’équipe de psychologues a constaté que les adolescents ont bien été sensibles aux (prétendument) suggestions de leurs pairs, mais ce conformisme n’a pas été plus prononcé que chez les jeunes adultes. Quand des informations véridiques ont été supposément données par les co-témoins, les réponses des participants se sont révélées être plus souvent exactes que celles données par les témoins ayant assisté seuls au vol. Quand des informations fausses ont été communiquées, les membres des dyades ont généralement utilisé ces suggestions trompeuses et leurs réponses ont donc été plus mauvaises que celles des témoins individuels. Aucun effet lié au fait de devoir annoncer publiquement ou non ses réponses à l’autre témoin n’a été observé sur l’ampleur du conformisme des souvenirs.

Le conformisme des souvenirs ne s’atténuerait donc pas avec l’avancée en âge, entre l’adolescence et le début de la vie adulte, quand les personnes se souviennent d’un évènement. Toutefois, les auteurs de l’étude ont reconnu que, si de telles différences d’âge existaient, elles seraient peut-être plus subtiles et difficiles à détecter. L’intégration d’un groupe d’adultes plus âgés dans le protocole expérimental aurait éventuellement pu les rendre plus évidentes.

Références :

McGuire, K., London, K., & Wright, D. B. (2011). Peer influence on event reportsamong adolescents and young adults. Memory, 19(6), 674-683.

Wright, Daniel B., Memon, Skagerberg, & Gabbert. (2009). When eyewitnesses talk. Current Directions in Psychological Science, 18(3), 174-178.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Influence sociale – Pairs – Mémoire – Suggestibilité – Conformisme - Adolescents – Adultes jeunes

Crédit photo :

citron smurf
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)