Internet et agressions sexuelles : que disent les victimes ?

23 janvier 2009 par Frank Arnould

Une équipe de psychologues suédois a analysé les dossiers d’adolescentes victimes d’un délinquant sexuel sur internet. Ont-elles témoigné de la même façon à propos des activités en ligne et hors ligne avec leur agresseur ?

PNG - 88.9 ko

Lina Leander, du Département de l’Université de Göteborg, Suède, et ses collègues ont eu accès aux dossiers de soixante-huit jeunes victimes d’agressions sexuelles sur internet. Les adolescentes, âgées de 11 à 19 ans, avaient été contactées sur messagerie instantanée par un homme se présentant sous une fausse identité.

Les analyses ont montré que 81 % d’entre elles ont révélé les activités sexuelles ayant eu lieu lorsqu’elles avaient rencontré physiquement leur agresseur. Elles ont été, par contre, plus réticentes à dévoiler les faits sexuels qui s’étaient déroulés pendant les échanges en ligne, en particulier les plus graves d’entre eux (envoi de photos de nudité, exhibition à caractère sexuel). Ainsi, elles ont omis ou nié 51 % des actes les plus sérieux et 28 % des actes qui le sont moins.

L’âge, la durée de l’intervalle séparant le premier et le dernier contact avec l’agresseur, ainsi que la durée de l’intervalle séparant le dernier contact avec l’agresseur et l’entretien de police, n’ont pas eu d’influence sur la façon dont les victimes ont témoigné à propos des activités en ligne et hors ligne avec l’agresseur.

Référence :

Leander, L., Christianson, S.A., & Granhag, P.A. (2008). Internet-initiated sexual abuse : Adolescent victims reports about on- and off-line sexual activities. Applied Cognitive Psychology, 22(9), 1260-1274.

Mots clés :

Cybercriminalité – Agressions sexuelles – Abus sexuels –Témoignage – Internet – Messagerie instantanée – Chat room - Adolescentes

Crédit photo :

Darren Hester
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)