• Accueil
  • Actualités
  • L’effet de rétroaction post-identification chez des témoins réels

L’effet de rétroaction post-identification chez des témoins réels

11 avril 2007 par Frank Arnould

Au cours d’un tapissage, le témoin peut être soumis à des sources multiples d’influence. L’administrateur de la parade d’identification peut ainsi l’informer que la personne désignée est bien le suspect recherché. Des expériences menées en laboratoire ont montré que cette information peut modifier la façon dont le témoin évalue rétrospectivement sa mémoire du délit et la façon dont il a identifié le suspect, même lorsque celui-ci est innocent. Par exemple, lorsque sa décision est confirmée, un témoin indique ensuite être plus sûr de son choix, avoir identifié le suspect avec plus de facilité, avoir eu une meilleure vision du malfaiteur, par rapport à un témoin qui n’est pas informé de la précision de son identification. C’est l’effet de la rétroaction post-identification (voir, par exemple, la méta-analyse de Bradfield Douglass et Steblay, 2006, pour une synthèse de la littérature).

Daniel Wright et Elin Skagerberg, deux chercheurs de l’Université du Sussex à Brighton au Royaume-Uni, viennent de montrer que cet effet se manifeste également chez des témoins de délits réels. En particulier, les témoins de leur étude devaient juger la facilité avec laquelle ils avaient identifié une personne dans le tapissage. Le fait qu’un policier les informait ensuite avoir désigné le suspect ou bien un distracteur innocent, influençait la façon dont ils percevaient alors la facilité de l’identification, comparativement à ceux qui devaient l’apprécier avant d’être informés sur la précision de leur choix. Les témoins prévenus d’avoir désigné un distracteur ont perçu l’identification comme étant plus difficile à réaliser. Les témoins informés d’avoir désigné le suspect ont, eux, estimé que l’identification a été une tâche plus facile à accomplir.

Pour les deux chercheurs britanniques, les résultats obtenus avec des témoins réels encouragent l’application des mêmes recommandations formulées à partir des résultats des études de simulation de témoignage et d’identification en laboratoire. Il est ainsi préconisé de recueillir le niveau de certitude du témoin immédiatement après l’identification. De plus, l’administrateur du tapissage ne devrait pas connaître l’identité du suspect présenté dans la parade.

Références :

Bradfield Douglass, A., & Steblay, N. (2006). Memory distortion in eyewitness : A meta-analysis of the post-identification feedback effect. Applied Cognitive Psychology, 20, 859-869.

Wright, D. B., & Skagerberg, E. M. (2007). Postidentification feedback affects real eyewitness. Psychological Science, 18, 172-178.

Mots-clés :

Tapissage, Effet de la rétroaction post-identification, Confiance, Suggestibilité, Témoignage oculaire