L’effet des discussions entre enfants sur leur témoignage

25 janvier 2008 par Frank Arnould

Tout comme pour les adultes, les conversations entre enfants affectent leurs souvenirs d’un événement.

Les adultes sont susceptibles d’intégrer dans leur mémoire d’un crime des informations, mêmes incorrectes, qu’ils n’ont pas observées eux-mêmes mais qui ont été suggérées par un co-témoin au cours d’une conversation (voir, par exemple, Gabbert, Memon et Allan, 2003). Les discussions peuvent donc provoquer une sorte de conformisme des souvenirs entre témoins. Dans un contexte légal, les jurés d’un procès sont vraisemblablement plus convaincus par des témoignages similaires que par des témoignages différents ou contradictoires. Or, cette similitude peut être, en partie, la conséquence d’influences entre témoins au cours d’une conversation préalable.

Ingrid Candel et ses collègues de l’Université de Maastricht aux Pays-Bas et de l’Université d’Aberdeen au Royaume-Uni, ont observé un phénomène similaire chez des enfants âgés de 6-7 ans et de 11-12 ans. On faisait croire à des couples de participants qu’ils avaient visionné une même séquence vidéo alors qu’en fait, on projetait à chaque membre des dyades une version différente du film. Les enfants observaient ainsi des détails invisibles de leur compère. Les couples devaient ensuite discuter de ce qu’ils avaient vu afin de donner des réponses communes à une série de questions.

Ces conversations ont influencé la mémoire de la vidéo des enfants, lorsque celle-ci est évaluée individuellement quelques minutes plus tard. Dans l’ensemble, 61 % des enfants ont intégré dans leurs souvenirs au moins une information non observée mais suggérée par leur camarade [1]. A la grande surprise des chercheurs, le conformisme des souvenirs était plus prononcé chez les enfants plus âgés lorsqu’ils devaient se rappeler librement de la vidéo (mais pas en réponse à des questions spécifiques).

Deux informations importantes sont à retenir de cette étude. Premièrement, les discussions entre enfants peuvent influencer par la suite leurs témoignages individuels. Deuxièmement, dans des conditions particulières, ce ne sont pas les enfants les plus jeunes qui sont les plus vulnérables aux suggestions.

Références :

Candel, I., Memon, A., & Al-Harazi, F. (2007). Peer discussion affects children’s memory reports. Applied Cognitive Psychology, 21, 1191-1199.

Gabbert, F., Memon, A., & Allan, K. (2003). Memory conformity : Can eyewitness influence each other’s memories for an event ? Applied Cognitive Psychology, 17, 533-543.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Influence sociale, Suggestibilité, Mémoire, Conversation, Co-témoin, Conformisme, Enfants

A lire également sur PsychoTémoins :

Témoins amis ou conjoints : des liaisons dangereuses ?

Conformisme des souvenirs : à qui le tour ? [Mise à jour]

Le conformisme des souvenirs : l’influence d’un co-témoin sur la mémoire d’un événement

Discussions entre témoins : une enquête en Australie


[1] 23 % des enfants qui ont participé seul à toutes les étapes de l’expérience se sont souvenus par erreur d’éléments qu’ils n’avaient pas vus mais suggérés par le questionnaire initial.