• Accueil
  • Actualités
  • L’effet trans-ethnique dans la reconnaissance des visages chez les enfants : effets de l’âge et des contacts sociaux ?

L’effet trans-ethnique dans la reconnaissance des visages chez les enfants : effets de l’âge et des contacts sociaux ?

29 mars 2006 par Frank Arnould

L’identification et la reconnaissance de visages sont moins précises lorsque ces visages appartiennent à un groupe ethnique différent des sujets. Un tel effet trans-ethnique suggère qu’un témoin pourrait non seulement identifier moins précisément un visage d’une ethnie différente mais aussi, dans ce type de situation, que le risque d’identifier un suspect innocent est plus élevé. Si l’effet trans-ethnique est un phénomène robuste, il a surtout été étudié chez l’adulte mais encore peu chez l’enfant.

Dans deux études, Corenblum & Meissner (2006) ont montré l’existence d’un effet trans-ethnique chez des enfants d’âge scolaire [1] et des jeunes adultes lorsqu’ils devaient reconnaître des visages d’adultes ou des visages d’enfants. Le biais lié à l’ethnie est surtout le résultat d’une proportion de fausses alarmes plus élevée lors de la reconnaissance de visages d’une ethnie différente (reconnaître à tort des visages nouveaux comme déjà étudiés). De plus, les résultats montrent que la reconnaissance est meilleure pour des visages d’un groupe ethnique différent avec lequel, en fonction de la population étudiée, les auteurs estiment que les sujets ont eu des expériences répétées et continues, plutôt qu’avec un groupe ethnique avec lequel ils sont moins familiers. Cependant, lorsque la variabilité interindividuelle dans le niveau de contacts avec le groupe le plus familier est mesurée par un questionnaire, sa corrélation avec différentes mesures de la reconnaissance n’est pas statistiquement significative ou, lorsque c’est le cas, elle est négative.

Référence :

Corenblum, B., & Meissner, C.A. (2006). Recognition of faces of ingroup and outgroup children and adults. Journal of Experimental Child Psychology, 93, 187-206.

Mots-clés :

Reconnaissance des visages, Mémoire, Effet trans-ethnique, Contacts sociaux, Enfants, Adulte

A lire également sur PsychoTémoins :

Catégorisation sociale et biais dans la reconnaissances des visages


[1] Age moyen, en années, des trois groupes d’enfants de la première étude : 9,21 ; 11,09 ; 12,79 ; pour la deuxième étude : 8,83 ; 10,68 ; 12,47.