• Accueil
  • Actualités
  • L’influence de la répétition de questions au cours d’un interrogatoire sur les témoignages d’enfants

L’influence de la répétition de questions au cours d’un interrogatoire sur les témoignages d’enfants

29 mars 2006 par Frank Arnould

Quels sont les effets possibles de la répétition de questions au cours d’une enquête judiciaire sur le témoignage d’enfants ? Plusieurs résultats expérimentaux montrent que les enfants peuvent devenir moins précis lorsque les interrogatoires sont répétés. Sarah Krähenbühl et Mark Blades de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, ont analysé dans une recherche parue dans le Journal of Experimental Child Psychology, un aspect encore peu étudié : l’effet de la répétition de questions au cours d’un seul interrogatoire.

Cent trente six enfants âgés de 5, 7 et 9 ans ont assisté dans leur école à une présentation faite par une femme sur les soins à apporter à un chien. Une semaine plus tard, ces enfants devaient répondre à une série de vingt questions présentée trois fois au cours du même interrogatoire. Ce taux de répétition a été choisi par les auteurs en référence à une enquête menée au Royaume-Uni qui montre, qu’en moyenne, des questions sont répétées trois fois dans des interrogatoires de police réels avec des enfants. Les questions étaient de trois types :

- celles qui admettent une réponse (answerable) c’est-à-dire qui font référence à ce qui s’est passé durant la présentation. Répondre correctement à ces questions consiste à faire référence aux informations issues de l’événement ;
- celles qui n’admettent pas de réponse (unanswerable), c’est-à-dire des questions auxquelles les enfants ne peuvent pas répondre à partir des informations issues de l’événement. Une bonne réponse à ce type de questions est de dire « Je ne sais pas ».
- celles d’opinion (opinion seeking). Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse dans ce cas.

La moitié des questions qui admettent et qui n’admettent pas de réponse étaient formulées de manière ouverte, l’autre moitié de manière fermée.

Les résultats montrent que plus les enfants avancent en âge, plus leurs réponses sont précises. Peu importe l’âge, la précision des réponses ne change pas en fonction des présentations pour les questions qui admettent une réponse. Pour celles qui n’admettent pas de réponse, les réponses sont plus précises lors de la première présentation que pour la seconde qui est elle-même plus précise que la troisième.

Les changements de réponse concernent plus les questions qui n’admettent pas de réponse que les questions d’opinion ; ces dernières changent plus que les questions qui admettent une réponse. Les enfants ont plus tendance à changer de réponse entre la première et la deuxième présentation qu’entre la deuxième et la troisième. Les enfants maintiennent la même réponse dans 75% des questions répétées. Pour le quart restant, la structure de changement la plus fréquente est celle où les enfants changent de réponse à la deuxième présentation et maintiennent ce changement à la troisième.

Référence :

Krähenbühl, S., & Blades, M., (sous presse). The effect of question repetition within interviews on young children’s eyewitness recall. Journal of Experimental Child Psychology, 94, 57-67.