L’uniforme et l’enfant-témoin

11 janvier 2011 par Frank Arnould

Un policier en uniforme influence la décision des enfants dans une parade d’identification de suspect.

PNG - 69.8 ko

Les enfants désignent tout aussi fréquemment que les adultes l’auteur d’un crime présent dans une parade d’identification. Par contre, ils commettent plus souvent des erreurs d’identification quand le coupable en est absent (Pozzulo & Lindsay, 1998).

Pour de nombreux auteurs, ces erreurs s’expliqueraient par la tendance des enfants à vouloir choisir un individu. En effet, ils jugeraient que s’ils sont invités à participer à une parade d’identification, c’est que le coupable y est forcément présent. Cette tendance à choisir serait aussi renforcée par la figure d’autorité que représente le policier assurant la passation du tapissage.

L’uniforme d’un policier constitue-t-il un indice d’autorité qui pourrait influencer négativement l’aptitude d’enfants à prendre des décisions précises au cours de parade d’identification ? Pour répondre à cette question, une équipe de psychologues britanniques (Lowenstein, Blank, & Sauer, 2010) propose à un groupe d’enfants, âgés de 9 à 10 ans, de participer à une étude sur la mémoire. Au cours de l’expérience, un individu pénètre dans la salle et s’empare d’un ordinateur avant de s’enfuir.

Environ une semaine plus tard, les jeunes témoins sont invités à identifier ou non le voleur dans une parade d’identification. Dans certains cas, le voleur est présent parmi les figurants du tapissage. Dans d’autres cas, il en est absent, et est remplacé par un figurant innocent. La passation de la parade est assurée par un acteur jouant le rôle d’un policier. Celui-ci a revêtu l’uniforme policier britannique ou bien est habillé en civil.

Globalement, les résultats montrent qu’un policier en uniforme conduit les enfants à choisir plus souvent un individu qu’un policier habillé en civil. Ce phénomène est surtout flagrant quand les jeunes témoins font face à une parade d’identification dans laquelle le coupable en est absent. Dans cette situation, la chance [1] qu’un individu innocent soit faussement identifié comme étant le coupable est six fois plus élevée que lorsque le policier est habillé en civil !

« Une conséquence évidente de nos données serait d’éviter la passation de tapissages avec des enfants par des policiers en uniforme » concluent les auteurs (p. 70, notre traduction).

Références :

Lowenstein, J. A., Blank, H., & Sauer, J. D. (2010). Uniforms affect the accuracy of children’s eyewitness identification decisions. Journal of Investigative Psychology and Offender Profiling, 7(1), 59-73.

Pozzulo, J. D., & Lindsay, R. C. L. (1998). Identification accuracy of children versus adults : A meta-analysis. Law and Human Behavior, 22(5), 549–570.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Fiabilité – Identification de suspect – Parade d’identification – Tapissage de police – Policier – Uniforme – Autorité – Enfants d’âge scolaire - Mineurs

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Parades d’identification, reconnaissance des visages et des voix

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Témoignages d’enfants

Crédit photo :

conner385
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Au sens probabiliste du terme, bien sûr.