La langue maternelle façonne les souvenirs

16 décembre 2010 par Frank Arnould

L’environnement linguistique des témoins oculaires influence la manière dont ils se souviennent de certains faits.

PNG - 89.4 ko
Locuteurs anglais et espagnols se souviennent différemment de l’auteur d’une action accidentelle.

Les psychologues Catlin Fausey et Lera Boroditsky, de l’Université de Stanford, aux États-Unis, ont constaté que les locuteurs anglais et espagnols décrivaient différemment les actions accidentelles. Les premiers ont intégré plus fréquemment l’agent de l’incident dans leurs descriptions (« She broke the vase » – « Elle a cassé le vase » ) que les seconds (« Se rompió el florero » – « Le vase s’est cassé »). En revanche, locuteurs anglais et espagnols ont intégré tout aussi fréquemment l’agent dans leurs descriptions d’actions intentionnelles.

Les chercheurs ont aussi observé que ces différences linguistiques influençaient la mémoire des actions. Les participants à leur expérience, locuteurs anglais ou espagnols monolingues, ont tout d’abord visionné des extraits vidéo, représentant chacun une action particulière (par exemple, casser un stylo). Les actions, soit intentionnelles, soit accidentelles, étaient réalisées par une personne portant une chemise bleue ou par une autre personne portant une chemise jaune.

Les sujets ont ensuite été soumis à une épreuve de mémoire. De nouveaux extraits vidéo leur ont été présentés, dans lesquels une troisième personne reproduisait les actions étudiées précédemment. La tâche des participants était d’indiquer qui de la personne à la chemise bleue ou à la chemise jaune les avait initialement réalisées.

Quand les actions étaient intentionnelles, les locuteurs anglais et espagnols se sont souvenus tout aussi bien de l’agent. Par contre, quand les actions étaient accidentelles, les locuteurs anglais s’en sont mieux souvenus que les locuteurs espagnols. Cette différence a été observée alors même que les participants n’avaient eu pas à décrire verbalement et explicitement les différentes scènes dans cette expérience.

Présence de l’agent dans les descriptions verbales et les souvenirs d’actions chez des locuteurs anglais et espagnols (d’après Fausey et Boroditsky, sous presse)
Descriptions verbales
Mémoire
Actions intentionnelles
locuteurs anglais = locuteurs espagnols
locuteurs anglais = locuteurs espagnols
Actions accidentelles
locuteurs anglais > locuteurs espagnols
locuteurs anglais > locuteurs espagnols

Les auteurs concluent que les langues maternelles auraient un effet plus profond sur la mémoire que ce qui a été observé jusqu’à présent, probablement parce qu’elles orienteraient l’attention visuelle des témoins sur des aspects différents de certaines scènes.

Référence :

Fausey, C.M., & Boroditsky, L. (2011). Who dunnit ? Cross-linguistic differences in eye-witness memory. Psychonomic Bulletin & Review, 18(1), 150-157.

Mots clés :

Témoignages oculaires – Langue maternelle – Actions accidentelles – Agentivité – Adultes

Crédit photo :

tanakawho
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)