La malléabilité de la confiance exprimée par un témoin

13 février 2007 par Frank Arnould

De nombreuses études ont montré que le niveau de certitude qu’exprime un témoin après avoir identifié un suspect est sensible aux commentaires de l’administrateur du tapissage. Deux expériences testent une hypothèse sur l’origine de cet effet.

Le niveau de certitude qu’exprime un témoin après avoir identifié un suspect est sensible aux commentaires de l’administrateur du tapissage. Par exemple, si celui-ci confirme l’identification, le témoin surévalue son niveau de confiance par rapport à un autre témoin dont la décision n’a pas été confirmée. L’analyse de la littérature montre que l’ampleur de l’effet de ces rétroactions sur la confiance est élevé (voir la méta-analyse de Douglas & Streblay, 2006).

Il est raisonnable de penser qu’un témoin dont la mémoire du malfaiteur est défaillante, est plus vulnérable aux commentaires de l’administrateur. Dans ce cas, c’est à partir des commentaires (« bien, vous avez identifié le suspect ») que le témoin jugera de la qualité de son identification et évaluera alors son niveau de confiance. Dans deux études, Semmler et Brewer (2006) ont trouvé peu de confirmation expérimentale de cette hypothèse.

Par contre, ils ont montré que l’effet des rétroactions sur la confiance est plus important lorsque l’information donnée au témoin contredit sa réponse (c’est-à-dire, une confirmation après une réponse incorrecte et une infirmation après une réponse correcte). Les auteurs suggèrent que l’effet des commentaires sur le niveau de confiance pourrait être modulé par l’idée que les témoins ont de la précision de leur identification et de la façon dont il conçoivent le fonctionnement de leur mémoire (la métacognition). Un autre résultat renforce cette analyse. Dans la deuxième expérience, le niveau de confiance des participants est plus sensible aux infirmations (baisse du niveau de confiance) lorsqu’ils doivent reconnaître des visages distinctifs (pour lesquels ils s’attendent à avoir une bonne mémoire) et aux confirmations (augmentation du niveau de confiance) pour des visages communs (pour lesquels ils s’attendent à avoir une moins bonne mémoire). Autrement dit, les rétroactions ont un impact plus important lorsqu’elles contredisent la façon dont les témoins concoivent le fonctionnement de leur mémoire.

Références :

Douglas, A.B., & Streblay, N. (2006). Memory distortion in eyewitness : A meta-analysis of the post-identification feedback effect. Applied Cognitive Psychology, 20, 859-869. (Lire le compte rendu sur PsychoTémoins).

Semmler, C. & Brewer, N. (2006). Postidentification feedback effects on face recognition confidence : Evidence for metacognitive influences. Applied Cognitive Psychology, 20, 895-916.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Reconnaissance des visages, Confiance, Mémoire, Métacognition, Rétroaction, Suggestibilité, Adulte