La voie des faux souvenirs

10 septembre 2009 par Frank Arnould

Vrais et faux souvenirs emprunteraient des voies nerveuses différentes dans le cerveau.

PNG - 88.4 ko

L’étude de la substance blanche [1] permettrait de mieux connaître les régions cérébrales concernées par la remémoration des vrais et faux souvenirs. C’est ce que révèle le travail d’une équipe de recherche dirigée par Lluís Fuentemilla, de l’Université de Barcelone en Espagne.

Les jeunes adultes volontaires de l’expérience accomplissent une tâche DRM (Deese, 1959 ; Roediger & McDermott, 1995). Au cours de celle-ci, ils doivent mémoriser quatre listes de mots. Tous les mots de chaque liste sont sémantiquement associés à un mot critique qui n’est pas présenté pendant la phase d’étude. Quand leur mémoire des listes est ensuite testée, les sujets ont alors tendance à introduire par erreur les mots critiques dans leurs souvenirs, parce qu’ils sont sémantiquement liés aux mots étudiés.

Que nous disent les données de neuroimagerie recueillies par les chercheurs pendant la réalisation de ce test ? Elles indiquent que le faisceau longitudinal inférieur, ensemble de fibres nerveuses connectant différentes structures du lobe temporal médian (dont l’hippocampe [2]), est impliqué dans la remémoration de vrais souvenirs (mots étudiés), alors que le faisceau longitudinal supérieur, connectant les régions frontales et pariétales du cerveau, est impliqué dans la récupération de faux souvenirs (mots critiques).

Vrais et faux souvenirs emprunteraient donc des voies nerveuses différentes, dévoilant ainsi les zones cérébrales concernées par la remémoration des expériences vécues et celles jouant un rôle dans les illusions mnésiques.

Références :

Deese, J. (1959). On the prediction of occurence of particular verbal intrusions in immediate recall. Journal of Experimental Psychology, 58(1), 17-22.

Fuentemilla, L., Càmara, E., Münte, T. F., Krämer, U. M., Cunillera, T., Marco-Pallarés, J., et al. (2009). Individual differences in true and false memory retrieval are related to white matter brain microstructure. The Journal of Neuroscience, 29(27), 8698-8703.

Roediger, H.L., & McDermott, K.B. (1995). Creating false memories : Remembering words not presented in the lists. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 21(4), 803-814.

Mots clés :

Faux souvenirs - Imagerie par résonance magnétique de tenseur de diffusion - Mémoire - Paradigme DRM - Encéphale - Cognition - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Faux souvenirs. suggestibilité et souvenirs retrouvés

Fiche historique n° 1. La recherche contemporaine sur les faux souvenirs [Mise à jour]

Site Web :

Le cerveau à tous les niveaux

Crédit photo :

alles-schlumpf
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] La substance blanche, présente dans le cerveau et la moelle épinière, est composée d’axones. Ceux-ci sont les prolongements des neurones et sont recouverts d’une substance graisseuse et blanche appelée la myéline. Ces « câbles », dont certains sont regroupés en faisceaux, permettent la communication entre neurones et régions cérébrales. Les corps cellulaires des neurones sont concentrés dans la substance grise, présente notamment dans la couche externe du cerveau, le cortex cérébral.

[2] Structure du cerveau située dans la partie médiane du lobe temporal, jouant un rôle important dans le fonctionnement de la mémoire.