• Accueil
  • Actualités
  • Le morphing de portraits-robots : plus efficace que les portraits-robots individuels ?

Le morphing de portraits-robots : plus efficace que les portraits-robots individuels ?

28 décembre 2005 par Frank Arnould

Un portrait-robot ressemble assez peu au visage du suspect recherché. Des chercheurs américains montrent que, si la police dispose de plusieurs témoins, le morphe des portraits-robots créés par chacun d’eux en produit une représentation plus fidèle.

Les psychologues américains Lisa Hasel et Gary Wells viennent de confirmer les résultats d’une étude antérieure publiée par Vicki Bruce et ses collègues en 2002. Avec l’aide du logiciel FACES, des personnes doivent réaliser les portraits-robots de plusieurs personnes appartenant à quatre catégories différentes de visages (par exemple, des visages féminins asiatiques aux cheveux longs et noirs et des visages masculins caucasoïdes aux cheveux courts et bruns). Hasel et Wells constatent à leur tour que le morphe de plusieurs portraits-robots d’un visage lui est plus ressemblant que les portraits-robots individuels. Si la police dispose de plusieurs témoins, le morphing de leurs portraits -robots individuels permettrait donc de créer une représentation plus fidèle du malfaiteur recherché.

Deux faits nouveaux sont découverts. Premièrement, le morphe devient une sorte de prototype de la catégorie à laquelle appartient le visage dont il en est une représentation. Ce résultat n’est pas sans conséquence. Un plus grand nombre de personnes pourraient lui ressembler (puisqu’il est prototypique), augmentant ainsi le risque qu’un individu innocent puisse être identifié par erreur. Deuxièmement, l’avantage du morphe sur les portraits-robots individuels diminue quand les visages sont jugés moins attirants. Néanmoins, l’effet du prototype et le biais de l’attirance contrôlés (leur influence est éliminée), la supériorité du morphe sur le portrait-robot individuel persiste.

Références :

Bruce, V., Ness, H., Hancock, P. J. B., Newman, C., & Rarity, J. (2002). Four heads are better than one : Combining face composites yields improvements in face likeness. Journal of Applied Psychology, 87(5), 894-902.

Hasel, L.E., & Wells, G.L. (2007). Catching the bad guy : Morphing composites faces helps. Law and Human Behavior, 31(2), 193-207.

Mots-clés :

Portrait-robot - Morphing - Ressemblance - Logiciel FACES - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Portraits-robots.

Morphing et portraits-robots