Le témoignage auditif est malléable

19 mars 2009 par Frank Arnould

Après avoir identifié visuellement un suspect, les témoins sont sensibles aux commentaires faits par l’administrateur du tapissage. Le sont-ils tout autant quand ils identifient une voix ?

PNG - 100.9 ko

La certitude avec laquelle un témoin oculaire pense avoir identifié un suspect dans une parade d’identification est malléable. Il se sent plus sûr de lui quand l’administrateur du tapissage lui confirme qu’il a effectivement identifié le suspect, même s’il a désigné, en réalité, une personne innocente ! Plus généralement, le fait de conforter un témoin dans son choix modifie la façon dont il évalue rétrospectivement ses souvenirs du crime et la manière dont il a pris sa décision dans le tapissage (Wells & Bradfield, 1998 ; Bradfield-Douglass & Steblay, 2006). Il se juge être, en quelque sorte, un bien meilleur témoin qu’une autre personne dont le choix n’a pas été confirmé.

Est-ce que ce phénomène, l’effet de rétroaction post-identification (post-identification feedback effect), se manifeste également quand un témoin identifie la voix d’un suspect ? Les résultats obtenus par l’équipe de recherche dirigée par Deah S. Quinlivan indiquent que c’est clairement le cas (Quinlivan et coll., 2009).

Dans la première expérience, une partie des participants visionnent l’enregistrement audiovidéo d’une conversation entre un professeur et un étudiant. Ce dernier profite d’une absence de l’enseignant pour lui dérober de l’argent. Pour l’autre partie des participants, seule la bande audio de la vidéo est diffusée. Dans les deux cas, la voix de l’étudiant est audible pendant environ 11 secondes. Les « témoins » doivent ensuite identifier parmi différentes voix celle correspondant au voleur. Cette dernière n’est, en réalité, pas présentée. Le tapissage est donc composé uniquement de voix d’individus innocents.

L’identification faite, certains témoins sont confortés dans leur décision (« Bien, vous avez désigné la bonne personne. »). Immédiatement ou une semaine plus tard, les participants sont invités à répondre à un questionnaire rétrospectif. Ils doivent évaluer leur niveau de certitude dans leur choix, et répondre à d’autres questions portant sur leur témoignage (par exemple : quel niveau d’attention ont-ils prêté à la voix ? L’ont-ils plus ou moins bien entendue ? L’ont-ils identifiée plus ou moins rapidement ? En ont-ils un souvenir clair ?).

Comme pour le témoignage oculaire, les personnes dont l’identification de la voix est confirmée se jugent plus confiantes et s’estiment être de meilleurs témoins que celles dont la décision n’a pas été commentée. Rappelons que tous ces témoins ont forcément identifié la voix d’un innocent !

Dans la deuxième expérience, Deah Quinvilan et ses collègues observent que les témoins résistent à l’effet de rétroaction post-identification s’ils peuvent estimer leur niveau de certitude avant la confirmation. Comme pour le témoignage oculaire (Neuschatz et coll., 2007), cette protection est malheureusement limitée dans le temps. Elle fonctionne quand le questionnaire rétrospectif est proposé immédiatement en fin de session expérimentale. Elle est inopérante quand il est renseigné par les témoins une semaine après la séance d’identification. Dans cette situation, les témoins se souviennent même bien mieux du commentaire qui leur a été fait que de leur niveau de confiance initial !

Références :

Bradfield-Douglass, A, & Streblay, N. (2006). Memory distortion in eyewitness : A meta-analysis of the post-identification feedback effect. Applied Cognitive Psychology, 20(7), 859-869.

Neuschatz, J. S., Lawson, D. S., Fairless, A. H., Powers, R. A., Neuschatz, J. S., Goodsell, C. A., et al. (2007). The mitigating effects of suspicion on post-identification feedback and on retrospective eyewitness memory. Law and Human Behavior, 31(3), 231-247.

Quinlivan, D.S., Neuschatz, J.S., JImenez, A., Cling, A.D., Bradfield Douglass, A., & Goodsell, C.A. (2009). Do prophylactics prevent inflation ? Post-identification feedback and the effectivness of procedure to protect against confidence-inflation in earwitness. Law and Human Behavior, 33(2), 111-121.

Wells, G.L., & Bradfield, A.L. (1998). "Good, you identified the suspect" : Feedback to eyewitnesses distorts their reports of the witnessing experience. Journal of Applied Psychology, 83(3), 360-376.

Mots clés :

Témoignage oculaire - Témoignage auditif - Identification de voix - Tapissage de police - Parade d’identification - Mémoire - Effet de rétroaction post-identification - Suggestibilité - Influence sociale - Cognition - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Témoignage auditif et qualité sonore des voix

Erreurs dans l’identification des voix ?

Crédit photo :

vernhart
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)