• Accueil
  • Actualités
  • Les bases cérébrales de la perception de l’âge et du genre des visages

Les bases cérébrales de la perception de l’âge et du genre des visages

29 mai 2012 par Frank Arnould

L’identification du sexe des visages active plus fortement certaines zones du cerveau que l’identification de leur âge.

GIF - 515.3 ko
C’est dans le gyrus fusiforme (en rouge) qu’est localisée l’une des zones du cerveau impliquées dans le traitement des visages

Les témoins oculaires décrivent généralement l’apparence physique d’un malfaiteur de manière superficielle. L’âge et le sexe sont néanmoins parmi les caractéristiques physiques que l’on retrouve le plus fréquemment dans leurs descriptions (Demarchi & Py, 2009). Une étude révèle que ces deux aspects d’un visage ne seraient pas traités de manière tout à fait identique par le cerveau (Wiese, Kloth, Güllmar, Reichenbach, & Schweinberger, 2012).

Les participants à l’expérience, tous étudiants d’université, sont invités à identifier l’âge et le sexe de visages inconnus alors qu’ils sont placés dans le scanner. Les données d’imagerie cérébrale fonctionnelle indiquent que la catégorisation des visages en homme ou femme active plus fortement l’aire fusiforme des visages de l’hémisphère droit du cerveau et l’aire occipitale des visages de l’hémisphère gauche, par rapport à la catégorisation en fonction de l’âge (jeune ou âgé).

Les chercheurs pensent que ce résultat indiquerait que l’identification du sexe d’un visage exigerait plus d’attention et d’effort que l’identification de l’âge, qui serait, quant à elle, réalisée de façon plus automatique.

De plus, il pourrait également refléter le fait que le traitement du sexe s’effectue de manière plus configurale que le traitement du l’âge. Ceci est d’ailleurs confirmé par une étude de contrôle mise au point par les auteurs, indépendamment de l’expérience principale. Les participants sont conviés à identifier le sexe et l’âge de visages inconnus, présentés à l’endroit ou à l’envers. L’inversion des visages est connue pour perturber leur traitement configural, c’est-à-dire la prise en compte de leur forme globale et de leur configuration spatiale. Les resultats montrent que la catégorisation des visages en fonction du sexe ou de l’âge est perturbée quand les visages sont présentés à l’envers, mais l’effet d’inversion est plus prononcé dans le premier que dans le second cas.

Le système cœur du traitement des visages dans le cerveau

En 2000, James Haxby et ses collaborateurs ont proposé un modèle neuropsychologique de la perception et de la reconnaissance des visages, dans lequel sont distingués un système cœur (régions du cerveau impliquées dans l’analyse visuelle des visages) et un système étendu (traitements supplémentaires des visages en relation avec d’autres régions cérébrales).

Dans le système cœur, l’analyse précoce des visages est prise en charge par le gyrus occipital inférieur. Les données sont ensuite dirigées vers le gyrus fusiforme latéral, spécialisé dans le traitement des aspects invariants des visages (leur identité) et vers le sillon temporal supérieur, spécialisé dans le traitement des aspects changeants des visages (perception du regard, expressions, mouvements des lèvres).

Références :

Demarchi, S., & Py, J. (2009). A method to enhance person description : A field study. In R. Bull, T. Valentine, & T. Williamson (Éds.), Handbook of Psychology of Investigative Interviewing. Chichester : Wiley-Blackwell.

Haxby, Hoffman, & Gobbini. (2000). The distributed human neural system for face perception. Trends In Cognitive Sciences, 4(6), 223-233. doi:10.1016/S1364-6613(00)01482-0

Wiese, H., Kloth, N., Güllmar, D., Reichenbach, J. R., & Schweinberger, S. R. (2012). Perceiving age and gender in unfamiliar faces : An fMRI study on face categorization. Brain and Cognition, 78(2), 163-168. doi:10.1016/j.bandc.2011.10.012

Mots clés :

Perception des visages – Vision – Âge – Sexe – IRMf – Encéphale – Cognition – Adultes

Crédit image :

Wikimedia Commons