Les bonnes suggestions des experts du témoignage aux jurés

20 décembre 2007 par Frank Arnould

Est-ce que les experts du témoignage peuvent apprendre aux jurés des choses nouvelles sur la suggestibilité des témoins ? La réponse est oui !

Décider de la culpabilité de l’accusé est une lourde responsabilité pour les jurés d’un procès en cour d’assises. L’audition des témoins constitue une source importante d’informations. Dans quelle mesure les témoignages sont crédibles, précis et n’ont pas été contaminés par des suggestions d’origine diverse ? Pour en juger, les jurés, qui ne sont pas des spécialistes de la question, ne peuvent faire appel qu’à leur bon sens. Les experts de la psychologie peuvent-ils les éclairer ou bien le sens commun est-il suffisant ?

Une enquête réalisée aux Etats-Unis a permis de confronter les conceptions d’experts à celles de jurés et d’étudiants d’université à propos de l’effet des suggestions sur le témoignage. Les trois groupes de personnes sont d’accord sur plusieurs points :

- L’effet des suggestions sur le témoignage décroît avec l’âge, les enfants les plus jeunes étant les plus suggestibles ;
- Un témoin prévenu qu’il a pu être trompé résiste mieux aux suggestions qu’un témoin non averti ;
- Les suggestions ont un effet plus important sur le témoignage lorsque s’allonge le délai séparant l’événement en cause de l’exposition aux suggestions. Leur impact est aussi plus élevé lorsque croît l’intervalle de temps séparant l’événement du témoignage final.

Des désaccords sont également relevés :

- Les jurés et les étudiants sous-estiment l’ampleur des différences de suggestibilité entre différents groupes d’âge (enfants âgés de cinq ans ou moins, enfants âgés de six à treize ans et adultes) ;
- Seuls les experts savent que les suggestions sur des détails périphériques ont un impact plus important sur le témoignage que les suggestions sur des détails centraux ;
- Les experts sont les seuls à reconnaître que les témoins résistent mieux au suggestions lorsqu’ils ont participé activement à un événement que lorsqu’ils en ont été un observateur passif ;
- Les experts savent qu’une personne de prestige et ayant autorité suggère plus facilement des informations à un témoin qu’une personne qui n’a pas ce statut. Ce n’est pas le cas pour les deux autres groupes de personnes.

Si tous les groupes de personnes interrogées sont d’accord sur certains points, pour d’autres, les experts du témoignage ont bien des informations nouvelles à partager concernant l’effet des suggestions sur le témoignage. Est-ce que les jurés sont pour autant prêts à trouver utile l’intervention d’un expert au cours d’un procès ? Apparemment oui, même s’ils y sont moins favorables que les étudiants et... que les experts eux-mêmes.

Référence :

McAuliff, B.D., & Bull Kovera, M. (2007). Estimating the effects of misleading information on witness accuracy : Can experts tell jurors something they don’t really know ? Applied Cognitive Psychology, 21, 849-870.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Enquête, Experts, Juré, Etudiants, Suggestibilité, Influence sociale, Mémoire