• Accueil
  • Actualités
  • Les effets de la participation à un premier tapissage sur l’identification ultérieure d’un suspect

Les effets de la participation à un premier tapissage sur l’identification ultérieure d’un suspect

9 novembre 2006 par Frank Arnould

Si des témoins participent à un tapissage dans lequel un suspect innocent est présenté, il pourrait exister un risque plus élevé que celui-ci soit également choisi par erreur dans une deuxième séance d’identification ultérieure, et que l’identification du véritable coupable soit réduite. Le tapissage initial aurait donc une influence suggestive sur le choix ultérieur.

Pezdek et Blandon-Gitlin (2005) ont testé l’idée que ces effets se manifesteraient surtout lorsque des conditions connues pour détériorer la reconnaissance des visages sont présentes. Les auteurs ont sélectionné ainsi trois facteurs pour leur pertinence légale : la physionomie ethnique des visages (identique ou différente de celle des témoins), le moment du premier tapissage (proche ou éloigné de la perception des visages) et la durée d’exposition des visages étudiés (courte ou plus longue).

Les résultats sont conformes à l’hypothèse émise : l’influence suggestive du premier tapissage est plus élevée sur le second dans les conditions associées à une détérioration de la mémoire. Ainsi, le taux d’identifications correctes est réduit et les fausses identifications sont plus nombreuses lorsque le visage correspond à une ethnie différente de celle des sujets (expérience 1), lorsque le tapissage intermédiaire est éloigné de la phase d’étude (expérience 2) et lorsque la durée d’exposition des visages est courte (expérience 3).

De plus, le fait de choisir le suspect innocent [1] dans le tapissage intermédiaire réduit ensuite la probabilité d’identifier correctement le visage étudié (sauf dans l’expérience 2 où un tel choix accroît les identifications correctes) et augmente celle d’identifier par erreur cet innocent, en particulier dans les conditions associées à une moins bonne mémoire des visages.

Les auteurs notent plusieurs limites à leurs résultats. Leur généralisation à des situations de témoignages réels est problématique car leurs expériences ne mettent pas à l’épreuve la mémoire de témoins face à une situation de crime réel ou simulé. Dans le tapissage final, les participants étaient contraints de faire un choix. L’option, d’ailleurs souvent recommandée dans la littérature, consistant à permettre d’indiquer que le suspect n’est pas présent dans la parade, n’était pas possible. Ce dernier tapissage incluait à la fois le suspect innocent et le visage étudié. Qu’en serait-il avec d’autres configurations ?

Référence :

Pezdek, K. & Blandon-Gitlin, I. (2005). When an intervening lineup most likely to affect eyewitness identification accuracy ? Legal and Criminological Psychology, 10, 247-263.

Mots-clés :

Tapissage, Tapissage multiple, Suspect innocent, Mémoire, Suggestibilité, Précision de l’identification


[1] Dans ces expériences, les tapissages initiaux sont tous constitués de visages distracteurs. Dans le groupe expérimental, le suspect innocent correspond à l’un de ces visages qui sera présenté à nouveau dans le tapissage subséquent. Dans le groupe contrôle, ce visage n’est pas inclus dans les tapissages intermédiaires. Tous les tapissages finaux incluent le visage étudié,le suspect innocent et de nouveaux visages distracteurs.