Les indices visuels du mensonge sont trompeurs

24 décembre 2008 par Frank Arnould

Une étude montre que les policiers détectent avec moins de précision le mensonge et la vérité s’ils n’ont accès qu’aux comportements visuels des suspects.

PNG - 60.5 ko
Les psychologues n’ont pas trouvé l’équivalent du nez de Pinocchio.

Dans une expérience publiée dans la revue Applied Cognitive Psychology, Samantha Mann et ses collègues proposent à cent trois policiers britanniques de décider si quatorze suspects de crimes réels mentent ou disent la vérité. Les enregistrements des interrogatoires leur sont présentés selon l’une des trois modalités suivantes : les suspects sont vus mais le son est coupé (condition visuelle) ; les suspects sont entendus, l’image étant absente (condition audio) ; les suspects sont vus et entendus (condition contrôle). Les aspects visuels du comportement étant de mauvais indices du mensonge (Vrij, 2008), les auteurs s’attendent à ce que les policiers accomplissent leur tâche avec moins de réussite quand ils disposent uniquement de la version visuelle des interrogatoires.

Les résultats montrent que les policiers de la condition visuelle sont effectivement ceux qui détectent avec le moins de précision le mensonge et la vérité. Ils ont également tendance à décider que les suspects qui leur sont présentés ne sont pas honnêtes (biais du mensonge – lie bias). Par exemple, la vérité est détectée avec justesse dans 34 % des cas. Ces policiers considèrent donc que les 66 % restants sont des mensonges !

Selon les auteurs de l’étude, les données obtenues suggèrent que l’utilisation des indices visuels et ceux liés à la parole doit être conçue sur un continuum. Certains observateurs se focalisent préférentiellement sur les premiers, d’autres sur les seconds. Plus l’attention est prêtée aux aspects visuels du comportement, moins la détection du mensonge est précise, et plus les observateurs présentent alors un biais du mensonge.

Références :

Mann, S.A., Vrij, A., Fisher, R.P., & Robinson, M. (2008). See no lies, hear no lies : differences in discrimination accuracy and response bias when watching or listening to police suspect interviews. Applied Cognitive Psychology, 22(8), 1062-1071.

Vrij, A. (2008). Nonverbal dominance versus verbal accuracy in lie detection : A plea to change police practice. Criminal Justice and Behavior, 35(10), 1323-1336.

Mots clés :

Policier - Détection du mensonge - Interrogatoire de police - Suspects - Biais du mensonge - Communication non verbale - Comportement non verbal - Parole - Indices visuels - Adultes

A lire également sur PsychoTémoins :

Détection du mensonge : changer les pratiques

Crédit photo :

Brymo
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)