• Accueil
  • Actualités
  • Lobe frontal, informations trompeuses et témoignage des personnes âgées

Lobe frontal, informations trompeuses et témoignage des personnes âgées

28 mars 2007 par Frank Arnould

Henry Roediger, de l’université de Washington à Saint Louis, et Lisa Geraci, de l’université du Texas A&M, ont publié récemment les résultats de deux expériences montrant que les personnes âgées sont plus sensibles à l’effet des informations trompeuses que leurs cadets (Roediger et Geraci, 2007). Ils intègrent ainsi plus volontiers dans leurs souvenirs des informations erronées qui leur ont été communiquées après l’événement dont ils ont été témoins. Mais tous les sujets âgés ne sont pas égaux devant cet effet. Ceux dont le fonctionnement du lobe frontal est moins efficient y sont plus vulnérables.

Les deux chercheurs pensent que les résultats sont compatibles avec l’hypothèse selon laquelle la plus grande sensibilité des seniors aux suggestions trompeuses réside dans leurs difficultés à contrôler la source de leurs souvenirs, c’est-à-dire à juger si une information qu’ils doivent reconnaître correspond à un élément de l’événement original auquel ils ont assisté ou si elle a été acquise ultérieurement. Le lobe frontal intervenant dans ces processus de contrôle, on comprend alors pourquoi les sujets âgés chez lesquels son fonctionnement est déficient sont les plus vulnérables à l’effet des informations trompeuses.

Référence :

Roediger III, H. L., & Geraci, L. (2007). Aging and the misidentification effect : A neuropsychological analysis. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 33, 321-334.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Informations trompeuses, Suggestibilité, Faux souvenirs, Mémoire, Lobe frontal, Reconnaissance, Contrôle de la source, Personnes âgées, Adultes jeunes.