Mémoire autobiographique chez l’enfant maltraité

23 octobre 2009 par Frank Arnould

Les souvenirs autobiographiques des enfants maltraités présenteraient des caractéristiques particulières.

PNG - 78.9 ko

Le passé refait surface dans notre mémoire sous forme de souvenirs personnels très généraux (« Enfant, je passais mes vacances d’été chez mes grands-parents ») ou plus spécifiques (« Je me souviens être parti pêcher avec mon grand-père pendant tout un week-end durant l’été 1976. Nous avons même dormi à la belle étoile ! »)

Plusieurs études montrent que la présence de souvenirs autobiographiques surgénéralisés est plus fréquente chez les personnes souffrant de dépression. Selon des résultats publiés récemment (Valentino, Toth, & Cicchetti, 2009), ce serait également le cas chez les enfants sexuellement ou physiquement maltraités, comparativement aux enfants négligés ou n’ayant subi aucune forme de mauvais traitement [1]. Ces victimes se voient aussi plus négativement dans leurs souvenirs personnels que les autres participants.

Les résultats de cette étude montrent également que dépression et représentations négatives de soi sont significativement associées à la production de souvenirs surgénéralisés. Cependant, les analyses statistiques excluent l’existence de voies indirectes conduisant de la maltraitance à la récupération de cette forme de souvenirs autobiographiques via ces deux facteurs psychologiques.

Un peu de méthode

Comment sont recueillis les souvenirs autobiographiques dans l’étude de Kristin Valentino et de ses collaborateurs ? Dix mots émotionnels (cinq positifs et cinq négatifs) sont présentés aux enfants. Ils servent chacun d’indice pour retrouver un souvenir personnel (par exemple : « Parle-moi d’un moment où tu t’es senti triste. »).

Les souvenirs récoltés sont ensuite codés selon leur degré de spécificité. Un souvenir surgénéralisé est défini comme étant un souvenir ne contenant pas au moins un détail spécifique permettant d’identifier l’évènement comme un épisode distinct de la vie de l’enfant.

Référence :

Valentino, K., Toth, S. L., & Cicchetti, D. (2009). Autobiographical memory functioning among abused, neglected, and nonmaltreated children : the overgeneral memory effect. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 50(8), 1029-1038.

Mots clés :

Maltraitance physique – Agression sexuelle – Abus sexuel – Mémoire autobiographique – Souvenir surgénéralisé – Enfants – Préadolescents – Adolescents

Crédit photo :

lenaah

Certains droits réservés : Licence Creative Commons


[1] Les enfants de l’étude sont âgés de 7 à 13 ans.