Mentir sur ses intentions

6 septembre 2011 par Frank Arnould

Des différences verbales ont été découvertes entre personnes mentant et disant la vérité sur leurs intentions.

PNG - 47.9 ko
Les propos de passagers paraissent moins plausibles quand ils mentent sur le voyage qu’ils vont entreprendre.

Si la recherche sur le mensonge et sa détection a prospéré ces dernières années, plusieurs domaines restent encore à déchiffrer. Le psychologue Aldert Vrij, de l’Université de Portsmouth, au Royaume-Uni, a ainsi noté avec ses collègues qu’aucune étude n’a été publiée jusqu’à ce jour sur les caractéristiques des personnes mentant sur leurs intentions. Pourtant, détecter ce type de mensonge peut être d’une importance capitale quand il s’agit, par exemple, d’empêcher la réalisation d’un crime planifié.

L’équipe de chercheurs a donc mis au point la première expérience sur le sujet. Ils ont demandé à des passagers dans un aéroport international de mentir ou de dire la vérité à propos du voyage qu’ils allaient entreprendre. Bien entendu, l’interviewer qui allait recueillir leurs déclarations, en leur posant une série de neuf questions, n’était pas informé de la nature exacte des déclarations (mensonge ou vérité). Pour les motiver, les chercheurs ont informé les participants qu’ils recevraient 10 £ s’ils réussissaient à convaincre l’interviewer de leur sincérité [1].

Par rapport aux personnes honnêtes, les menteurs se sont plus souvent contredits, se sont moins fréquemment corrigés de manière spontanée et leurs propos ont été jugés moins plausibles. Le niveau de plausibilité a permis de classer correctement 72 % des personnes honnêtes et 74 % des menteurs. La prise en compte simultanée de la plausibilité des propos, des contradictions et des corrections spontanées n’a pas permis de mieux classer les deux groupes d’individus que la seule prise en compte de la plausibilité. Néanmoins, les chercheurs ont recommandé de ne pas faire l’impasse sur les contractions et les corrections spontanées, car la plausibilité est une mesure plus subjective de la sincérité.

Les psychologues ont obtenu un résultat inattendu. Les propos des personnes mentant sur leurs intentions se sont montrés tout autant détaillés que les propos des personnes honnêtes. Par contre, d’autres recherches ont montré que les déclarations d’individus mentant sur leur passé sont souvent moins détaillées que les déclarations sincères. La raison à cela ? Les personnes honnêtes sur leur passé peuvent rapporter un grand nombre de détails perceptifs liés aux expériences vécues, détails que ne peuvent pas mentionner les menteurs. Evidemment, quand les personnes discutent de leurs intentions, elles n’ont pas encore vécu les expériences qu’elles projettent dans le futur. L’absence de différences dans le nombre de détails entre mensonge et vérité dans cette situation devient ainsi plus compréhensible, ont noté les chercheurs.

Référence :

Vrij, A., Granhag, P. A., Mann, S., & Leal, S. (2011). Lying about flying : the first experiment to detect false intent. Psychology, Crime & Law, 17(7), 611-620.

Mots clés :

Mensonge – Détection du mensonge – Intention – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Mensonge et détection du mensonge

Crédit photo :

Kliefi
Certains droits réservés (licence Creative Commons)


[1] En fait, pour des raisons éthiques, tous les participants ont reçu cette somme d’argent à la fin de l’expérience.