• Accueil
  • Actualités
  • Parades d’identification de suspects : dynamiques ou statiques ?

Parades d’identification de suspects : dynamiques ou statiques ?

6 janvier 2011 par Frank Arnould

Enfants et adolescents sont-ils plus précis quand ils participent à des tapissages de police dans lesquels les visages du suspect et des figurants leur sont présentés dynamiquement ?

JPEG - 16.4 ko

Il existe trois manières différentes de présenter une parade d’identification au témoin d’un crime :
- Les membres la parade sont physiquement présents et généralement placés derrière une glace sans tain ;
- Le témoin visionne les photographies des membres de la parade ;
- Le témoin visionne des enregistrements vidéo des membres de la parade.

Au Royaume-Uni, la présentation vidéo de la parade est aujourd’hui préférée à tout autre mode de présentation. Dans le système VIPER, le visage des membres du tapissage (suspect et figurants) est filmé. La personne regarde d’abord devant elle, puis elle tourne son visage vers la droite, puis vers la gauche. Les clips vidéo obtenus sont ensuite présentés séquentiellement au témoin, l’ensemble de la parade étant visionné à deux reprises. Aux États-Unis, ce sont plus souvent les photographies des membres de la parade qui sont présentées au témoin.

La présentation dynamique (filmée) d’une parade permettrait-elle aux enfants et adolescents de prendre des décisions plus précises par rapport à la présentation statique (photographique) ? Pour répondre à cette question, l’équipe dirigée par Catrioana Havard, de l’Université d’Aberdeen, au Royaume-Uni, a proposé à des enfants âgés de 7 à 9 ans et à des adolescents âgés de 13 à 15 ans de participer à une parade d’identification au cours de laquelle ils devaient identifier ou non un jeune homme rencontré pour la première fois dans leur salle de classe, deux à trois jours plus tôt.

Le jeune homme était soit présent, soit absent de la parade (remplacé par un « suspect » innocent). En outre, la parade était présentée soit de manière dynamique, à l’aide du système VIPER, soit de manière statique, à l’aide d’images fixes prélevées dans les enregistrements vidéo [1].

Sur l’ensemble des tapissages, les participants ont pris des décisions plus précises dans les parades dynamiques que dans les parades statiques, mais la différence ne s’est pas avérée être significative statistiquement.

Quand le jeune homme était présent dans la parade, aucune différence d’âge n’est apparue dans les décisions des témoins, ainsi qu’aucune différence selon la modalité de présentation du tapissage. Quand il en était absent, la présentation dynamique de la parade a permis aux adolescents d’être plus précis que les enfants plus jeunes. Par contre, aucune différence n’a été observée entre ces deux groupes d’âge quand le tapissage faisait usage de photographies. Autrement dit, quand un « suspect innocent » était présent dans la parade, seuls les adolescents ont été capables de tirer parti des informations supplémentaires fournies par un enregistrement filmé des visages.

Référence :

Havard, C., Memon, A., Clifford, B., & Gabbert, F. (2010). A comparison of video and static photo lineups with child and adolescent witnesses. Applied Cognitive Psychology, 24(9), 1209-1221.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Parade d’identification – Tapissage de police – Mémoire – Vidéo – Photographie – Mode de présentation – Enfants d’âge scolaire – Adolescents.

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Parades d’identification, reconnaissance des visages et des voix

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Témoignages d’enfants

Crédit photo :

dontdothisathome

Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Les photographies étaient présentées séquentiellement. L’ensemble de la parade était visionné à deux reprises.