Policiers et pratique des questions ouvertes

17 mars 2009 par Frank Arnould

Une étude australienne analyse les facteurs incitant les policiers à utiliser les questions ouvertes pendant les auditions d’enfants.

PNG - 80.6 ko

Interroger un enfant au cours d’une enquête judiciaire est une tâche particulièrement difficile. Toutefois, certaines techniques d’entretien permettent d’obtenir des informations précises, tout en réduisant les risques de suggestion. L’usage de questions ouvertes, incitant l’enfant à se souvenir librement des faits, est ainsi recommandé par de nombreux experts du témoignage.

Certaines études montrent, cependant, que les policiers n’utilisent pas systématiquement cette technique, même après y avoir été formés. Quels sont les facteurs qui favorisent son utilisation ? Une recherche publiée par les psychologues Rebecca Smith, Martin Powell et Jarrad Lum, de l’Université Deakin en Australie, montre que seule la récence d’une formation à cette méthode est associée à son usage. Les policiers formés moins d’un mois avant de participer à l’entretien simulé de l’étude [1] l’utilisent plus fréquemment. Au-delà, les policiers formés ne la pratiquent pas plus souvent que ceux n’ayant reçu aucune formation. Sexe, statut professionnel ou expérience à la conduite d’entretiens avec des enfants, ne sont pas associés à l’usage de cette technique.

Les auteurs de l’étude soulignent l’importance de la formation des policiers. Pour favoriser leur usage des questions ouvertes, celle-ci devrait être continue et supervisée régulièrement.

Référence :

Smith, R.M., Powell, M.B., & Lum, J. (2009). The relationship between job status, interviewing experience, gender, and police officers’ adherence to open-ended questions. Legal and Criminological Psychology, 14(1), 51-63.

Mots clés :

Entretien – Interrogatoire – Policier – Témoignage d’enfant – Questions ouvertes – Formation professionnelle

A lire également sur PsychoTémoins :

Former à la pratique des questions ouvertes avec les enfants victimes de maltraitance

Crédit photo :

opacity
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Les policiers ayant participé à cette recherche ont conduit un entretien d’environ 12 minutes avec une jeune femme jouant le rôle d’un enfant.