Portraits-robots et identification de suspects

6 juillet 2006 par Frank Arnould

Dans une étude publiée par Dawn Dekle (2006), les participants visionnaient tout d’abord une série de diapositives décrivant une scène de vol. Le lendemain, ils étaient exposés à un portrait-robot faiblement ou fortement ressemblant au visage du malfaiteur. Quelques jours plus tard, les témoins prenaient part à une séance d’identification du suspect selon l’une des deux procédures suivante : une confrontation avec le suspect ou un tapissage de police.

Le degré de ressemblance du portrait-robot avec le malfaiteur n’avait pas d’effet très important sur l’identification du suspect. Dekle en conclut même (p. 393) que les enquêteurs ne devraient finalement pas trop s’inquiéter de ce niveau de similitude. Une telle recommandation devra évidemment être confirmée par d’autres travaux.

La procédure de confrontation était au moins aussi performante que le tapissage. Dans les situations d’identification où le délinquant n’était pas présenté (il était donc remplacé par un figurant innocent), l’identification était même plus précise lorsque la méthode de confrontation était utilisée. Ces résultats contredisent en fait ce que pensent souvent les experts du témoignage. Ils considèrent généralement la confrontation comme une technique trop suggestive (Kassin, Tubb, Hosch & Memon, 2001).

Références :

Dekle, D.J. (2006). Viewing composite sketches : Lineups and showups compared. Applied Cognitive Psychology, 20, 383-395.

Kassin, S.M., Tubb, V.A., Hosch, H.M., & Memon, A. (2001). On the ‘general acceptance’ of eyewitness testimony research : A new survey of the experts. American Psychologist, 56, 405-416.

Mots-clés :

Portrait-robot, Identification, Tapissage, Mémoire, Témoignage oculaire, Adultes.

A lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Portraits-robots

Portraits-robots et culpabilité

Améliorer la qualité des portraits-robots avec l’entretien cognitif holistique [Mise à jour]

Portraits-robots : comparaison de trois logiciels

Description verbale ou portrait-robot ?

Construire un portrait-robot peut-il compromettre l’identification d’un suspect ?

Le morphing de portraits-robots : plus efficace que les portraits-robots individuels ?

Un seul ou plusieurs portraits-robots ? Effets sur l’identification d’un suspect

Portraits-robots, mémoire des visages et description verbale : effets sur l’identification

Le rôle des traits internes et externes du visage dans la construction d’un portrait-robot

Une évaluation comparative de plusieurs méthodes de construction d’un portrait-robot