Préparer les enfants à l’entretien judiciaire

11 août 2009 par Frank Arnould

Apprendre aux enfants à répondre aux questions ouvertes et à résister aux suggestions trompeuses leur permettra-t-il de produire des témoignages plus complets et plus précis ?

PNG - 93 ko

Dans une étude dont les résultats sont publiés dans Applied Cognitive Psychology, les psychologues américains Elisa Krasckow et Steven Jay Lynn proposent à chacun des enfants recrutés, âgés de 48 à 70 mois et de 84 à 103 mois, de participer à une séance de jeux en compagnie d’une expérimentatrice. Au cours de leurs interactions, celle-ci se permet des attouchements inoffensifs sur le corps de son jeune interlocuteur.

Deux semaines plus tard, une partie des participants est entraînée à répondre aux questions ouvertes et à résister aux suggestions trompeuses (voir Encadré). Immédiatement après cette séance d’entraînement, les enfants sont interrogés sur la première session de jeux.

Lorsqu’ils répondent aux questions ouvertes, les enfants du groupe le plus âgé et entraîné à l’entretien judiciaire rapportent 32 % d’informations correctes en plus à propos des évènements, dont 32 % de détails supplémentaires concernant les actions, par rapport aux enfants non entraînés du même âge.

Les participants plus jeunes ne profitent pas de l’entraînement au rappel libre. Par contre, la partie du programme portant sur la résistance aux suggestions trompeuses leur est d’un grand secours. Ces enfants acceptent moins fréquemment que leurs camarades du même âge non entraînés des informations suggérées par l’interviewer sur des attouchements corporels n’ayant pas eu lieu. Ce résultat est intéressant pour développer des techniques d’enquêtes judiciaires concernant les agressions sexuelles sur de jeunes enfants.

L’efficacité de cette composante du programme n’a pu être testée chez les participants plus âgés parce que ceux-ci répondent correctement aux questions suggestives. Les auteurs remarquent que cela n’indique pas que ces enfants sont forcément immunisés contre les suggestions. Les conditions d’entretien de l’étude n’ont peut-être tout simplement pas été suffisamment coercitives pour ce groupe d’âge.

Procédure d’entraînement à rendre compte d’un évènement

L’enfant apprend dans la première phase du programme à répondre aux questions ouvertes. Il visionne un enregistrement video dans lequel un jeune acteur d’environ 11 ans est interrogé. Le processus de l’entretien est conçu pour illustrer la différence entre rappel complet et incomplet. Ensuite, un exercice permet à l’enfant de mettre en pratique ce qu’il vient d’apprendre et est aidé le cas échéant.

La seconde phase du programme est consacrée à l’apprentissage de la résistance aux suggestions. La suite de l’enregistrement vidéo montre le jeune acteur devant répondre à des questions suscitant des réponses oui ou non et dont certaines sont suggestives. L’enfant est informé que les adultes posent souvent des questions comme s’ils connaissaient déjà la réponse, alors qu’ils ne peuvent pas la connaître à moins d’avoir été eux-mêmes présents sur les lieux de l’évènement. Le commentaire de la vidéo permet à l’enfant de comprendre quand le jeune acteur répond correctement ou incorrectement aux questions oui/non. Cette phase se termine par la mise en pratique des recommandations qui viennent d’être acquises, l’enfant étant aidé si nécessaire.

Référence :

Krackow, E., & Lynn, S.J. (2010). Event report training : An examination of the efficacy of a new intervention to improve children’s eyewitness reports. Applied Cognitive Psychology, 24(6), 868-884.

Mots clés :

Témoignage – Entretien – Interrogatoire – Questions ouvertes – Suggestibilité – Mémoire –Enfants d’âge préscolaire – Enfants d’âge scolaire

À lire également sur PsychoTémoins :

Apprendre aux enfants à témoigner ?

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Témoignages d’enfants

Crédit photo :

clairity
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)